Press "Enter" to skip to content

3 déclarations de banques centrales à trader cette semaine

Cette semaine, sur le marché des changes, les banques centrales de Nouvelle-Zélande, de Suisse et du Royaume-Uni feront leurs déclarations de politique monétaire mensuelle. Pour optimiser votre prise de position forex, et déterminer la tendance future des paires de devises, voici ce que vous devez savoir.

Banque centrale de Nouvelle-Zélande, mercredi 9 décembre, 21 heures
Couper ou ne pas couper ? Telle est la question ! Il y a quelques semaines, la plupart des observateurs du marché des changes étaient assez confiants sur le fait que le gouverneur Wheeler annonce une nouvelle baisse des taux d’intérêt de 0,25%. Cependant, depuis, les rapports économiques ont montré quelques développements positifs, notamment en matière d’activité commerciale et de dépenses de consommation.
En plus de cela, les dernières ventes aux enchères du pays concernant le commerce mondial du lait, ont montré un impressionnant rebond de 3,6% des prix. Cela suggère que la crise est peut-être terminée. Toutefois, les matières premières connaissent un début de semaine difficile et cela pourrait faire naitre des ondes négatives sur les perspectives d’inflation déjà pessimistes.
Gardez, tout de même, à l’esprit que le gouverneur de la RBNZ a dit, lors d’une précédente déclaration, qu’une réduction supplémentaire des taux était probable. Chez forex.fr, nous pensons, cependant, qu’une telle décision semble difficile à prendre. Dans tous les cas, la déclaration de politique monétaire de demain devrait donner le ton des tendances forex du dollar néozélandais pour le reste de l’année.


Banque nationale suisse, jeudi 10 décembre, 9h30

Si vous suivez le marché des changes depuis le début de l’année, alors vous savez que la banque nationale suisse a causé tout un chahut en janvier dernier, lorsqu’elle a décidé d’abandonner le plafond de parité entre l’euro et le franc suisse et d’abaisser les taux d’intérêt. Depuis ce moment, les traders sont à l’affût d’une potentielle intervention de la banque centrale de suisse sur le forex. En fait, les analystes spéculent sur une possible intervention de la BNS et cela, surtout depuis que la BCE a annoncé sa volonté d’étendre son programme d’assouplissement quantitatif et de réduire encore ses taux. Les responsables de la banque nationale suisse voudraient, en effet, garder un franc faible face à l’euro pour maintenir les importations à un prix abordable et compétitif sur le marché international.
Thomas Jordan, le gouverneur de la BNS, n’a, en plus, pas été très discret quant à la volonté d’intervention de la banque centrale. Le mois dernier, lors d’une de ses déclarations, il a réitéré que le franc restait surévalué et qu’abaisser les taux d’intérêt pourrait constituer une solution.  Avec cela, le franc pourrait baisser sur le forex et la paire USD-CHF atteindre ses plus hauts sommets cette année.

Banque centrale d’Angleterre, jeudi 10 décembre, 13 heures
Une nouvelle série de remarques pessimistes sont attendues de la part du gouverneur Carney, cette semaine. Pour rappel, la déclaration de novembre avait déclenché une vente massive de livres sterling lorsque la BoE s’était positionnée de manière moins belliciste qu’à l’accoutumée.
Pour le moment, la banque centrale d’Angleterre devrait maintenir ses taux d’intérêt à 0,50% et ses achats d’actif à 375 milliards de livres. Le maintien de l’orientation de la politique monétaire actuelle devrait, cependant, être voté à 8 contre 1. Ian McCafferty, le loup solitaire habituel devrait, en effet, une nouvelle fois voter en faveur d’une hausse de taux de 0,25%.
Les membres du MPC ont déjà partagé les dégradations économiques du pays lors de la publication du rapport sur l’inflation, alors, des perspectives pessimistes ne seraient pas très surprenantes. Si McCafferty décidait, par ailleurs, de se rallier à la majorité, la livre pourrait alors, beaucoup baisser.

Si vous avez l’intention de négocier ces évènements sur le forex, cette semaine, n’oubliez pas de mettre au point une bonne gestion de risque car les déclarations des banques centrales causent, généralement, de forts remous sur le marché des changes.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *