Press "Enter" to skip to content

Alexandre Tombini s’attaque frontalement à la guerre des monnaies

La rédaction de Forex.fr anticipait, à juste titre, en fin d’année, que la thématique de la « guerre des devises » sera, encore, au coeur de l’actualité en 2011. Les premières semaines de janvier semblent confirmer notre prévision.

En effet, le Brésil, en la personne de son nouveau gouverneur central, Alexandre Tombini, a décidé de prendre à bras le corps le problème de l’appréciation excessive du real brésilien face au dollar et à l’euro sur le marché du Forex. Depuis environ deux ans, Brasilia s’est attaqué systématiquement à cette appréciation, étant le premier pays au monde à décider d’imposer une taxe sur les capitaux, idée depuis largement répandue en Asie, afin de limiter la spéculation sur les devises.

Le real brésilien a terminé en très nette baisse vendredi dernier, accusant une chute de 0.7% à 1.6851 pour un dollar. Cette baisse de la devise brésilienne est le fruit d’une pléiade d’annonces effectuées tout au long de la semaine dernière par la banque centrale, notamment la décision d’intervenir à hauteur d’un milliard de dollars sur le marché des changes à terme. Les swaps de devise ont refait leur apparition pour la première fois en l’espace de 21 mois alors que le nouveau gouverneur prépare sa première réunion de politique monétaire depuis son accession au poste. Les analystes du marché des changes anticipent une hausse de 50 points de base cette semaine du SELIC, première hausse de l’année. Les analystes considèrent que les taux pourraient grimper d’ici à décembre 2011 à 13% alors qu’ils se situent à l’heure actuelle à 10.75%.

Cependant, cette hausse prévisible des taux, afin de contrer l’inflation, devrait avoir pour conséquence d’accroître la spéculation sur la monnaie brésilienne. Par conséquent, les autorités monétaires ont décidé de mettre les bouchées double en autorisant le Fonds souverain créé en 2008 à réaliser des opérations sans limites sur le marché des changes à terme.

Pour la première fois, en plus, les mesures récemment prises par Brasilia ont reçu l’aval explicite du FMI, la porte-parole de l’organisation internationale jugeant en fin de semaine dernière que les mesures prises peuvent « représenter une partie appropriée du remède ». Habituellement, le FMI est pourtant assez réticent face à l’adoption de mesures visant à limiter la circulation des capitaux et à manipuler les devises. A la fin de l’été 2010, interrogés sur la hausse du real, des responsables de l’organisation avait appelé la banque centrale à mieux juger de l’inflation, considérant que les taux du Brésil étaient trop élevés, en inadéquation avec les prévisions d’inflation, ce qui accroissait l’intérêt des spéculateurs pour le real brésilien.

Au final, l’année commence plutôt bien pour le real brésilien puisqu’il accuse une chute de 1.4% face au billet vert en l’espace de seulement quelques semaines. C’est la deuxième chute la plus importante en Amérique latine, après le peso chilien, la banque centrale du Chili ayant décidé également d’intervenir massivement sur le marché du Forex au cours de cette année pour réduire la pression sur les entreprises exportatrices.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *