Press "Enter" to skip to content

Analyse EURUSD du 25/11/2011: Les marchés totalement déconcertés

Le mini-sommet européen entre les responsables politiques de l’Allemagne, de la France et de l’Italie a, d’une certaine manière, acté l’indécision totale et persistante de l’Europe sur les moyens à engager pour surmonter la crise de la dette souveraine. Les pressions s’accumulent, sur des pays périphériques, mais aussi sur le couple franco-allemand. Rappelons en effet que l’échec de la dernière adjudication du Trésor allemand a coûté cher, et notamment à l’euro qui a chuté mercredi de 1.3530 à 1.3318 en pleine panique des marchés.
 
Depuis, la situation ne s’est nullement améliorée pour la monnaie des dix-sept qui évolue, à 14h30, heure de Paris, toujours dans un trend baissier, à 1.3231, après avoir atteint un plus haut de séance, ce matin, à 1.3333.
 

L’Italie paie le prix de l’enlisement de l’EuroZone
 

Outre l’euro, qui s’affiche en repli, cette séance fut marquée par une forte progression des taux italiens en dépit des déclarations rassurantes venant de Berlin sur la capacité de Rome à surmonter la crise. Le Trésor italien a réussi à lever, comme prévu, 10 milliards d’euros, mais à des taux en fort bond; Ainsi, les taux des obligations italiennes à six mois ont bondi à 6,504% contre 3,535% lors d’une opération similaire le 26 octobre tandis que les taux à deux ans se sont envolés à 7,814%, contre 4,628%, du jamais vu depuis la création de la zone euro. Nul besoin de le mentionner, ces niveaux sont jugées insoutenables pour l’Italie par les experts.

Une dépréciation prévisible jusqu’à 1.3139 pour l’EURUSD
 

D’ici à ce que la session européenne se termine, l’EURUSD devrait se stabiliser autour du niveau de 1.32, sachant que Wall Street ne sera ouvert aujourd’hui que pour une demi-séance. Les volumes échangés seront particulièrement faibles.
 
Sans réaction positive de l’Europe, et surtout consensus au sein du couple franco-allemand, notre vision reste clairement baissière pour le cross EURUSD et nous escomptons qu’il atteigne d’ici à une semaine son plus bas du 4 octobre dernier, à 1.3139.
 
La semaine prochaine s’annonce encore mouvementée pour l’Europe puisque de nombreux indicateurs de premier plan seront publiés dont plusieurs indicateurs du taux de chômage, de la confiance des consommateurs et aussi de l’activité manufacturière. Dans l’ensemble, les chiffres du consensus sont en baisse, confirmant les craintes d’une récession de l’EuroZone au premier semestre 2012. En point d’orgue de la semaine à venir, il ne faudra pas négliger le traditionnel rapport sur l’emploi et le chômage aux Etats-Unis qui table sur une stabilisation à 9% du taux de chômage officiel.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *