Press "Enter" to skip to content

Analyse matinale du 16/11/2011 pour la paire EUR/USD

L’évolution de l’eurusd continue à la baisse aujourd’hui. Malgré un léger soubresaut vers les 08h30, la majeure continue sa spirale descendante, plombée par le contexte politico-économique. Actuellement à 1,3526 contre 1.37 hier, le cours continue à dévisser.
 

Scénario EURUSD du jour :
 

La crise de la dette souveraine continue son chemin. Après l’Italie, la Grèce et le Portugal, des pays plus importants sont désormais en risque. L’Espagne, notamment, a emprunté pour 3,158 milliards de bons à des taux dépassant le seuil des 5%. Les taux obligataires espagnols et italiens continuent à augmenter, influençant ceux de la France, en augmentation aussi (3.7% pour l’OAT français à dix ans aujourd’hui). Les derniers indicateurs sur la santé de la zone euro n’ont pas été des plus profitables, avec une croissance de seulement +0.2% sur le troisième trimestre. Dans ce contexte, l’euro continue sur une base baissière, avec un léger signal de surachat il y a quelques minutes. Deux supports sont suggérés par les points pivots, 1.3468 et 1.3410, et deux résistances de 1.3612 et 1.3698. Les investisseurs veilleront à faire attention à la publication de chiffres tels que l’Indice de prix à la consommation européen, publié à 11h avec un consensus de 3.0%

Fondamentaux sur l’EURUSD :
 

Le marché continue à avoir les yeux rivés sur l’Italie, attentif à la formation de son nouveau gouvernement. Les taux italiens sont repassés au-dessus du seuil des 7%. Le spread des taux français continue à s’élargir face au bund allemand, signe que l’économie française est impactée par la situation italienne. Les investisseurs attendent un dénouement, et une résolution plus rapide de la crise, ce qui continue à faire baisse l’euro. De nouvelles mesures d’austérité devraient être votées, maintenant que les gouvernements grecs et italiens sont quasiment formés. Le marché des matières premières, notamment avec le pétrole, repart à la baisse, suite à des indicateurs américains peu favorables, et à l’impact de la situation européenne. Les investisseurs veilleront à prendre ces éléments en compte avant de rentrer sur les marchés

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *