Press "Enter" to skip to content

Ce qu’il faut retenir des déclarations du président Poutine

Alors qu’il était resté muet depuis le début de la crise ukrainienne, Vladimir Poutine s’est exprimé hier à Moscou. De nombreux sujets ont été abordés, parmi eux, le soutien russe au président ukrainien déchu, l’Ukraine d’après Ianoukovitch, les possibles sanctions internationales, le boycott éventuel du G8 à Sotchi,…

Interrogé sur le déploiement militaire qui s’est opéré à la frontière Ukraine/Russie, le président Poutine a nié l’envoi de troupes russes en Ukraine alors que beaucoup de témoignages s’accordent à dire que les forces russes sont bien présentes en Crimée.

Concernant la destitution du président Ianoukovitch, poutine a déclaré qu’il s’agissait « d’un coup d’état anticonstitutionnel, d’une prise de pouvoir par les armes », réaffirmant ainsi la légitimité juridique de ce dernier qui, rappelons-le, avait été élu par les urnes en 2010. Toujours selon le président russe, la destitution du président Ianoukovitch est le résultat d’un push orchestré par les extrémistes du pays. Il estime également que dans la mesure où les russophones et le sud de l’Ukraine nécessitent une protection il est normal d’aligner, sur le principe de précaution, des forces militaires autour de ces régions. Il justifie donc de cette manière le positionnement de ses forces aux frontières en précisant toutefois que les troupes ne se situent pas dans mais aux frontières. Oleksandr Turchynov, le président par interim, a quant à lui averti qu’une invasion militaire signerait un acte de guerre.
 

Lors de l’entretien téléphonique de 90 minutes du 1er mars réalisé entre les présidents russes et américains, Barak Obama a réaffirmé qu’une annexion de la Crimée à la Russie était exclue dans une logique de fin de crise dans la mesure où cette décision revenait au peuple ukrainien. Hier, le président américain a déclaré aux journalistes que le fait d’avoir des intérêts économiques dans un pays voisin ne justifie en aucun cas le droit d’user de la force pour exercer une pression sur ce dernier.

24 heures après l’annonce de Poutine concernant l’absence de nécessité immédiate de déclarer la guerre à l’Ukraine, le top de la diplomatie américaine et russe se réunit aujourd’hui dans le but d’atténuer les tensions résolument vives. Rappelons que l’administration Obama avait, en effet, menacé l’état russe de sanction en cas d’intervention militaire. John Kerry, secrétaire d’état américain rencontrera ce jour à Paris Sergueï Lavrov le ministre russe des affaires étrangères afin de tenter l’apaisement général.

La réaction des marchés financiers
Les déclarations du président russe ont engendré un rebond des marchés financiers. Optimistes, elles laissent à penser que la pire crise Russie / occident post guerre froide semble s’affaiblir. Les Etats-Unis et l’Europe qui avaient décrié le déploiement militaire russe en Crimée s’attèlent aujourd’hui à la mise en place d’un plan d’aide au nouveau gouvernement ukrainien.
L’assouplissement des tensions militaires de ces dernières heures a engendré une augmentation de l’indice MSCI, l’indice boursier qui mesure la performance des marchés boursiers des payes économiquement développés, de 1.2% rebondissant ainsi de sa plus forte baisse en un mois. L’indice Micex de la Russie a augmenté de 5.3% et le S&P 500 a progressait également de 1.5% atteignant sa plus forte progression cette année.

Sur le forex, les événements de ces derniers jours n’ont pas manqué de faire des remous. Après la chute historique du rouble lundi -10% sur les monnaies européennes et américaines, les dispositions prises par la banque centrale de Russie hier qui vendait en quantité des devises étrangères afin d’éviter à sa monnaie de continuer sa dégringolade ont permis au rouble de reprendre un peu de couleur +3%. Les différents événements diplomatiques prévus aujourd’hui devraient avoir également des conséquences sur le marché des changes. Dans la mesure où la situation de crise est toujours d’actualité, l’euro et le dollar devrait continuer à se renforcer. L’assouplissement engagé par les différents acteurs calmera cependant la forte agitation de ces derniers jours.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *