Press "Enter" to skip to content

Ce qu’il faut retenir du rendez-vous des VIP à Davos

Défilé de poids lourds du monde économique et financier à Davos le week-end dernier, parmi lesquels la directrice générale du FMI Christine Lagarde, le gouverneur de la Banque d’Angleterre Mark Carney, celui de la BCE Mario Draghi ou encore le ministre des Finances allemand Wolfgang Schaüble. Voici ce qu’il fallait retenir d’une édition 2014 faisant la part belle à l’optimisme.

1. Les marchés émergents victimes du tapering

Tous les acteurs présents sont tombés d’accord: le processus en cours de retrait des mesures exceptionnelles de soutien aux Etats-Unis va directement impacter les marchés émergents. Il suffit d’ailleurs de regarder les graphiques des marchés financiers depuis janvier pour s’en rendre compte. C’est une année volatile en perspective qui s’annonce pour les devises émergentes notamment. Christine Lagarde a également souligné les risques inhérents à ce processus de normalisation et insisté sur la nécessité de communiquer correctement auprès des acteurs de marché. Bref, le forward guidance dans toute sa splendeur !

2. Hot Topic du moment: la déflation

Le sujet a été abordé une nouvelle fois par Christine Lagarde qui a souligné que la hausse du niveau général des prix dans la zone euro est bien en-dessous de la cible de la BCE. En réponse, le gouverneur Draghi a simplement affirmé qu’il est tout à fait disposé à assouplir davantage encore la politique monétaire. Il a au passage réaffirmé la nécessité absolue de maintenir des taux d’intérêt bas le plus longtemps possible.

En revanche, pas de positionnement précis de Mario Draghi lorsqu’il a été interrogé sur la possibilité d’adopter des mesures agressives du type de celles mises en oeuvre au Japon. Il a laissé la porte ouverte à tout. A défaut de rassurer, il a montré son pragmatisme.

3. Révision du forward guidance au Royaume-Uni

Le forward guidance était évidemment intrinsèquement lié aux débats à propos de la politique monétaire et de l’action des banques centrales. Le gouverneur Carney a distillé de précieux indices pour les cambistes concernant les évolutions à venir outre-Manche. Une modification rapide du forward guidance britannique est en ligne de mire.

On pouvait l’anticiper tant la baisse du chômage fut rapide, avec un taux officiel à seulement 7.1% ce qui est à peine au-dessus de la cible macroéconomique de la banque centrale établie à 7% qui devait signaler une hausse des taux d’intérêt. Mais étant donné la fragilité de l’économie britannique, qui demeure, la Banque d’Angleterre pourrait décider et confirmer prochainement qu’un taux de chômage à 7% n’implique pas de changement automatique au niveau des taux d’intérêt.

4. Optimisme prudent pour la croissance mondiale

Enfin, coeur des débats, la croissance mondiale. Les VIP présents ont affiché un optimisme prudent avec une croissance qui devrait être tirée par les grands pays développés, surtout les Etats-Unis et le Japon. A l’inverse, les performances des pays émergents devraient décevoir, y compris pour la Chine.

Le principal risque à l’heure actuelle est lié à l’ajustement en cours sur les marchés financiers, et en particulier le Forex, suite aux récentes décisions de la FED. Les marchés émergents essuient de plein fouet le nouveau positionnement des investisseurs, ce qui remet en cause leurs perspectives de croissance pour 2014. En toile de fond, on retrouve le dollar roi qui s’affirme de plus en plus face aux autres actifs financiers.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *