Press "Enter" to skip to content

Comme la BNS, la Norges Bank envisage d’investir pour contrer la baisse de l’EURNOK

Les banques centrales s’organisent pour la deuxième manche de la “guerre des devises”. Après la BNS qui a décidé de fixer un cours plancher à l’EURCHF, la Norges bank pourrait aussi s’orienter vers des mesures extraordinaires afin de contrer l’envolée de la couronne norvégienne (NOK) face à l’euro.
Le franc suisse ayant perdu de son attrait, les cambistes se sont depuis reportées sur d’autres monnaies, comme le JPY, l’USD mais aussi la NOK. Au cours de la semaine dernière, la NOK a ainsi atteint un plus haut niveau depuis huit ans face à l’EUR, à 7.4887.
Rapidement, les autorités norvégiennes ont été contraintes de réagir, le gouverneur affirmant même que la NOK est une “petite” devise et non pas une valeur refuge. Au-delà des mots, qui ont rarement des effets durables, la banque centrale pourrait décider de baisser son taux folio qui est actuellement à 2.25%, ce qui laisse à la Norges Bank une certaine marge de manoeuvre. Du fait des inquiétudes nombreuses pesant sur la croissance économique mondiale, un relèvement des taux par la Norges Bank ne devrait pas intervenir avant 2013.
A 11h30, heure française, l’EURNOK restait encore à des niveaux élevés du fait des inquiétudes pesant sur le secteur bancaire européen, évoluant à 7.5762.
Les banques centrales s’organisent pour la deuxième manche de la “guerre des devises“. Après la BNS qui a décidé de fixer un cours plancher à l’EURCHF, la Norges bank pourrait aussi s’orienter vers des mesures extraordinaires afin de contrer l’envolée de la couronne norvégienne (NOK) face à l’euro.
Le franc suisse ayant perdu de son attrait, les cambistes se sont depuis reportés sur d’autres monnaies, comme le JPY, l’USD mais aussi la NOK. Au cours de la semaine dernière, la NOK a ainsi atteint un plus haut niveau depuis huit ans face à l’EUR, à 7.4887.
Rapidement, les autorités norvégiennes ont été contraintes de réagir, le gouverneur affirmant même que la NOK est une “petite” devise et non pas une valeur refuge. Au-delà des mots, qui ont rarement des effets durables, la banque centrale pourrait décider de baisser son taux folio qui est actuellement à 2.25%, ce qui laisse à la Norges Bank une certaine marge de manoeuvre.

Du fait des inquiétudes nombreuses pesant sur la croissance économique mondiale, un relèvement des taux par la Norges Bank ne devrait pas intervenir avant 2013.

A 11h30, heure française, l’EURNOK restait encore à des niveaux élevés du fait des inquiétudes pesant sur le secteur bancaire européen, évoluant à 7.5762.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *