Press "Enter" to skip to content

Comment interpréter l’optimisme de la BoJ ?

Les dernières déclarations politiques de la banque centrale du Japon n’ont pas été aussi explosives que le mois dernier voyons cependant ce qu’il faut en retenir.

Politique, croissance et prévisions d’inflation inchangées
Comme prévu, les membres de la BoJ ont décidé de se conformer au rythme politique prévu initialement. Elle continuera donc d’injecter 60 à 70 billions de yen par an dans l’économie nippone tout en maintenant des taux d’intérêt au plus bas.
Haruhiko Kuroda, le gouverneur de la banque centrale du Japon a en effet expliqué que les risques de détérioration de la croissance économique globale semblent s’être éloignés et qu’un cycle positif de l’économie impliquant la production, les salaires et les dépenses est en marche. Kuroda et en effet relativement optimiste concernant la croissance de la demande intérieure du pays. La banque centrale du Japon s’attend même à ce que l’économie dépasse son potentiel de croissance en dépit de la possible glissade des taxes sur les ventes.
Sur les dépenses en capital, le gouverneur Kuroda affirme que la reprise est de plus en plus claire. Concernant la production industrielle, le point de vue est similaire puisque ce dernier a déclaré que le rythme des gains repartait peu à peu à la hausse.
Enfin, concernant le niveau de l’inflation, la BoJ s’est également montrée optimiste puisque l’objectif de 2% prévu fin 2014 début 2015 est sur la bonne voie. Cependant, Kuroda a averti qu’il n’hésiterait pas à ajuster la politique monétaire japonaise si le taux d’inflation venait à faiblir.

Des exportations à la traine
Avec la chute significative du yen au cours des derniers mois, on aurait pu croire que les chiffres relatifs au commerce japonais allaient connaitre une amélioration significative alors qu’en réalité, le déficit commercial du pays bat des records. La banque centrale du Japon justifie la faiblesse de ses exportations par des facteurs temporaires tels que les tempêtes de neige aux Etats-Unis, le nouvel an chinois, la capacité de production limitée des constructeurs japonais pour faire face aux demandes extérieures et la hausse des impôts. Elle estime que les exportations repartiront à la hausse dans les mois à venir dopées par l’ampleur que prennent les économies émergentes.

Réaction du marché des changes
Suite à la publication des comptes de la banque centrale japonaise, le yen s’est affaibli d’environ 25 pips face à l’ensemble des devises majeures mais il devrait revenir à son range serré en milieu de journée. Le manque de réaction significative concernant la volatilité de la monnaie s’explique par les spéculations qu’il existe autour des attentes de la BoJ concernant les taxes sur les ventes.
Toute la question est de savoir si la banque centrale du Japon est vraiment optimiste ou si elle se prépare à des périodes à venir plus maussades. De plus, dans la mesure où la BoJ observe de près ses partenaires commerciaux, elle ne manquera pas de suivre les taux d’inflation, les dépenses d’investissement, les croissances économiques des pays avec lesquels elle échange. Les risques de baisse de ces facteurs pourraient donc modifier la ligne de conduite de la banque du Japon dans les deux prochaines semaines.

On tirera donc un optimisme modéré des publications de la BoJ tant que les chiffres relatifs à la taxe sur les ventes ne seront pas connus. Sur le forex le yen risque donc de ne pas établir de nouvelles tendances de prix dans cet intervalle de temps.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *