Press "Enter" to skip to content

Comment la baisse surprise du RRR de la Chine pourrait affecter les tendances du forex ?

Alors que les traders du marché des changes profitaient tranquillement des premiers jours du printemps, la banque populaire de Chine a décidé de réduire son taux de rendement minimal (RRR en anglais) de 1% durant le weekend. Il s’agit de la baisse la plus importante depuis la récession financière de 2008. Cela signifie t-il que l’économie chinoise est en grande difficulté ? C’est ce que nous verrons dans cet article.

Si vous entendez parler de RRR ou de taux de rendement minimal pour la première fois, sachez que le terme désigne simplement le niveau de trésorerie que les banques commerciales sont tenues de laisser dans la chambre forte de la banque centrale. En abaissant ce dernier, la banque centrale de Chine encourage les banques à utiliser plus d’argent pour leurs opérations de prêt. Elles injectent ainsi davantage de liquidité dans l’économie avec l’espoir de stimuler la croissance.

A en juger par la dernière revue des données chinoises, il semble qu’il n’y ait aucun doute sur le fait que l’économie pourrait utiliser davantage de stimulus. Si le PIB trimestriel a été conforme aux attentes du gouvernement, les rapports relatifs à la production et aux ventes au détail ont été bien plus sombres.

Malgré cela, les responsables chinois de la banque centrale semblent enclins à assurer aux observateurs du marché que tout va pour le mieux. Ils ont affirmé que la réduction du RRR avait été mise en place pour stabiliser le marché boursier très volatile en ce moment.

Les efforts précédents de la banque populaire de Chine, à savoir deux baisses de taux d’intérêt depuis novembre de l’année dernière et la réduction du RRR en février suggèrent, cependant, que les décideurs politiques se bousculent pour consolider leur économie. Un rapport paru sur le Wall Street Journal a même indiqué que les fonctionnaires de la PBoC envisageaient des opérations de refinancement à long terme, une stratégie d’assouplissement de la politique visant à stimuler les prêts et les dépenses.


Est-ce cela la « nouvelle normalité » de la Chine ? Après une croissance à deux chiffres au cours des dernières années, on est en droit de penser que la surpuissance de l’Asie commence à décliner.

Cette situation a une grosse influence sur la croissance mondiale. Le ralentissement prolongé de la deuxième plus grande économie du monde pourrait, en effet, entrainer les autres pays dans sa chute. Avec cela, les investisseurs pourraient devenir plus frileux et se tourner vers des monnaies refuges et des rendements moins élevés. En plus de cela, la faible croissance de la Chine se traduit généralement par une baisse de la demande pour les matières premières et les exportations de marchandises en provenance de l’Australie, son principal partenaire commercial.

Avant de commencer à paniquer, sachez que les efforts de relance de la PBoC devraient suffire à maintenir l’’économie de la Chine à flot.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *