Press "Enter" to skip to content

Compte rendu de l’inflation en Europe, au Canada et en Grande Bretagne

L’indice des prix à la consommation qui est un excellent indicateur pour mesurer les tendances d’achat et d’inflation d’un pays, provoque en général une certaine volatilité sur le marché des devises mondiales.
La publication, cette semaine, de l’IPC en Europe, en Grande-Bretagne et au Canada est l’occasion d’établir un compte rendu de leurs politiques monétaires respectives.

Inflation en Europe
Début Juin, la BCE annonçait une série de mesures destinées à soutenir l’inflation, les crédits et la croissance au sein de la zone euro. A cette période, l’inflation qui était aux alentours de 0,5% était bien loin des objectifs fixés par la BCE, ce qui présentait des risques déflationnistes et bloquait la croissance.
Un mois après les annonces faites par Mario Draghi, les résultats ne sont pas vraiment meilleurs. On prévoit jeudi une stagnation de l’inflation annuelle à 0,5%, un résultat qui ne devrait pas vraiment rassurer les marchés.
Même si ces mesures auront plus tendance à agir à moyen terme que dans l’immédiat, l’état de la zone euro inquiète toujours. Face à ces pressions déflationnistes persistantes, le gouverneur de la BCE en est même venu à sérieusement envisager d’utiliser des instruments non conventionnels, si cela devait être nécessaire.
En attendant, la publication jeudi de l’IPC devrait montrer une stabilisation de l’inflation aux alentours de 0,5%, bien en dessous donc des objectifs fixés. L’Euro devrait donc connaître une tendance baissière en fin de semaine, sauf véritable surprise.

Inflation en Grande-Bretagne
Contrairement à la zone euro, l’économie Britannique se porte à merveille depuis le début de l’année 2014. La croissance atteint 0,8% au premier trimestre et les chiffres du chômage n’ont jamais été aussi bas depuis 2009.
En plus des résultats économiques probants, les objectifs d’inflation établis par la banque d’Angleterre ont été atteints avec succès, avec une inflation stable depuis janvier entre 1,6% et 2%. Face à des résultats meilleurs que prévu, Mark Carney, le gouverneur de la banque d’Angleterre, nous à fait comprendre qu’une sortie prématurée du Quantitative Easing mis en place après la crise était fortement envisageable pour la fin de l’année.
Les résultats mardi de l’IPC annuel en Grande Bretagne sont attendus en légère hausse, ce qui devrait conforter les intentions de Carney, ainsi que la place de la livre sur le forex.

Inflation au Canada
Début juin, Stephen Poloz, le gouverneur de la BoC, soulignait les bons résultats du mois de mai concernant l’activité économique canadienne, lui permettant ainsi d’affirmer que le pays suivait le même rythme que l’économie américaine.
Ces déclarations s’appuyaient notamment sur une inflation plus forte que prévu, qui avait atteint pour la première fois en mai l’objectif de 2% fixé par la banque centrale.
La faible inflation qui était préoccupante en début d’année semble maintenant dépassée, puisque malgré une faible baisse prévue pour juin, l’inflation devrait se stabiliser aux alentours de 2% en juin.
Attention malgré tout à la tendance baissière du dollar canadien depuis la fin de cette semaine, conséquence des chiffres très mitigés concernant l’emploi pour le mois de juin. Les prévisions légèrement baissières de l’inflation en juin ne devraient donc pas permettre au dollar canadien de récupérer ses pertes de la fin de semaine face aux principales devises. On devrait plutôt avoir une stabilisation du huard lors des prochains jours.

Les publications de ces trois indicateurs clés seront donc des évènements intéressant à trader cette semaine, tenez-vous donc prêt si vous avez l’habitude de suivre ces devises sur le forex.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *