Press "Enter" to skip to content

Décryptage : Les derniers chiffres du chômage américain

L’économie américaine serait-elle en phase de ralentissement? Les analystes devises attendaient au moins, selon le consensus du Forex, 200k créations d’emplois en décembre. Elles ne furent que 74k. La plus mauvaise performance depuis janvier 2011.

Pourquoi les créations d’emplois ont ralenti en décembre?

L’un des facteurs qui est le plus couramment évoqué dans les salles de marché, ce sont les mauvaises conditions climatiques, qui ont eu notamment un effet immédiat sur les embauches dans certains secteurs moteurs, comme la construction. Ainsi, pour preuve, les embauches dans ce secteur ont chuté de 16k en un mois, soit une destruction quasiment complète des gains de novembre (19k). A noter que le secteur manufacturier a aussi été pénalisé avec seulement 9k, beaucoup moins que les 31k du mois précédent.

Enfin, beaucoup de ménages américains n’ont tout simplement pas travaillé du fait d’un mois de décembre le plus froid depuis 2009 et d’importantes chutes de neige. En d’autres termes, les conditions climatiques, par définition éphémères, ne devraient avoir aucun effet sur les NFP de janvier.

Pourquoi le taux de chômage officiel est-il ressorti si bon?

Ce qui a pu surprendre, c’est que malgré de faibles créations d’emplois, le taux de chômage officiel a drastiquement chuté, avec un passage à 6.7%. Ce qui est pour ainsi dire à seulement quelques pas de l’objectif énoncé par la FED à 6.5% dans le cadre de la stratégie de forward guidance.

Mais avant d’envisager une hausse des taux, ce qui pourrait avoir un effet quasi-cataclysmique pour le Forex, gardons en tête que cette forte chute est liée essentiellement à une nette baisse du taux de participation.

Au cours des mois passés, de plus en plus d’Américains ont tout simplement quitté le marché du travail, abandonnant l’idée de trouver un emploi. D’où une chute du taux de participation de 63% à 62.8%, un plus bas de 35 ans.

De fait, la FED va certainement prendre sérieusement en considération cet aspect lors de sa prochaine réunion de politique monétaire et Janet Yellen pourrait d’ailleurs mettre en garde les politiques contre les effets néfastes de l’inaction en la matière.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *