Press "Enter" to skip to content

Doit on s’inquiéter du PMI de la zone euro ?

Avant de commencer à regarder les chiffres de la zone euro, il convient de préciser en quelques mots ce qu’est l’indice PMI et pourquoi il est si important dans le trading du marché des changes.

Qu’est ce que l’indice PMI ?
Le PMI est essentiellement un indicateur de conjoncture économique. En effet, il prend en compte les différents facteurs qui influencent l’industrie à savoir le niveau d’emploi, la production, les nouvelles commandes, les stocks et les livraisons. En d’autres termes, il s’agit de juger si les entreprises montrent des signes rassurants pour l’économie ou non.

Une lecture PMI supérieure à 50 indique que le secteur est en expansion. A l’inverse, une lecture en dessous implique une industrie en contraction.

Pourquoi est-il important ?
Dans la mesure où l’activité des entreprises représente une grande partie du PIB d’une économie, une contraction de l’industrie pourrait donc entrainer quelques points de croissance économique globale.
Avec des indices PMI français et allemand faisant allusion à un ralentissement de leurs industries respectives, plusieurs analystes ont commencé à s’inquiéter d’une éventuelle faiblesse économique pour l’ensemble de la zone euro.


Que révèlent les derniers chiffres ?
Pour le mois de juin, la France a marqué une contraction de son secteur manufacturier et de ses services. En effet, l’industrie manufacturière est tombée de 49,6 à 47,8 pendant que celui des services glissait de 49,1 à 48,2.
Pendant ce temps, l’Allemagne a montré un PMI manufacturier de 52,4, un chiffre inférieur au consensus situé à 52,7. Concernant le PMI relatif aux services, il est également en dessous des estimations avec 54,8 alors qu’on attendait 55,8. Pour couronner le tout, les lectures du mois précédent ont été revues à la baisse.

Concernant la zone euro en général, l’indice PMI manufacturier a plongé de 52,2 à 51,9 et celui des services est passé de 53,2 à 52,8. Cela confirme qu’il est effectivement temps pour la BCE d’opérer une relance de politique monétaire. Selon le FMI, la reprise de la zone euro n’est ni solide ni assez forte, ils ont également souligné qu’une inflation faible était inquiétante et qu’un taux de chômage à 11,7% était inacceptable.

Est-ce suffisant pour dire que la BCE se prépare pour un autre cycle d’assouplissement ? Bien qu’elle ait déjà abaissé les taux d’intérêt lors des précédentes allocutions, d’autres ajustements politiques pourraient être engagés. Il se pourrait même qu’une politique d’achat d’actif soit mise en place si les perspectives économiques se dégradaient.
Reste à savoir si les faiblesses révélées par les économies françaises et allemandes peuvent forcer la banque centrale européenne à encore assouplir sa politique monétaire.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *