Press "Enter" to skip to content

Existe t-il des signes d’amélioration au Japon ?

Les dernières données venues du Japon on été assez contrastées. Certaines ont, en effet, été conformes aux attentes et d’autres moins. Assistons nous vraiment à une amélioration des conditions économiques, qu’est-ce que cela signifie pour le yen et le marché des changes, c’est ce que nous verrons dans cet article.

Inflation
Si on compare les tendances de l’inflation des autres pays avec celles du Japon on s’aperçoit que ce dernier semble être un peu à la traîne. L’IPC de base du pays a, en effet, marqué sa septième baisse mensuelle consécutive en février. Le chiffre est tombé de 2,2% à 2%. A Tokyo cependant, l’IPC de base est resté stable pour le troisième mois d’affilée à 2,2%.
Si on retire les effets de la hausse de la taxe sur les ventes d’avril dernier, l’IPC de base national est resté stable ce qui ravive les craintes d’un nouveau cycle déflationniste au Japon. Les indicateurs avancés de l’inflation n’ont cependant pas été aussi mauvais que cela puisque les prix à la production ont, par exemple, grimpé de 0,5%.

Dépenses
La faiblesse des dépenses est également au cœur des préoccupations en ce moment. Le dernier rapport sur les ventes au détail et celui concernant les dépenses des ménages ont, en effet, affiché des résultats négatifs. C’est un recul de 2,9% qui a été enregistré en février pour les dépenses des ménages et un autre de 1,8% pour les ventes au détail au cours du même mois.
Même si les chiffres globaux ne sont pas bons, on constate, tout de même, certaines améliorations. En janvier, on annonçait une baisse sur l’année des ventes au détail de l’ordre de 5,1% alors que le chiffre officiel n’était que de -2%. Concernant les ventes des grands détaillants, elles ont marqué une hausse de 1,3% alors qu’on s’attendait à un simple rebond de 0,7%.

Activité des entreprises
Bien que le Japon ait été confiant quant à l’augmentation de la production, certains rapports économiques suggèrent que les entreprises peinent à retomber sur leurs pieds.
Le PMI manufacturier de février est tombé de 51,6 à 50,4 ce qui reflète un ralentissement de l’expansion de l’industrie. L’indice de fabrication BSI a également chuté. De 8,1, il est passé à 2,4 sur le trimestre.
Les indicateurs avancés montrent cependant quelques pousses vertes, l’indice d’activité tertiaire a ainsi augmenté d’1,4%.


Sentiment des consommateurs et des entreprises

Les consommateurs et les investisseurs semblent également avoir de l’espoir concernant les perspectives du pays. Confiants, ils s’attendent, en effet, à voir l’économie du pays se redresser dans les mois à venir. Gardez à l’esprit que l’optimisme tend à avoir un impact positif sur les dépenses et les investissements. L’indice de confiance des consommateurs a ainsi grimpé de 39,1 à 40,7. Il s’agit de la troisième hausse mensuelle consécutive.

Politique de la BoJ
Il n’est pas étonnant que la banque centrale du Japon ne cherche pas à assouplir sa politique monétaire car, lors de leurs dernières déclarations sur les taux d’intérêt, les responsables n’ont pas semblé très préoccupés par le ralentissement de l’inflation et des dépenses. Ils ont préféré mettre en avant le fait qu’une hausse des salaires suffirait à soutenir la reprise économique.
Les fonctionnaires de la BoJ n’admettent pas que l’IPC pourrait tomber à zéro dans les prochains mois et affirment que les tendances inflationnistes sous-jacentes restent solides. Ils ont également souligné que la baisse des coûts du carburant devrait encourager les consommateurs à dépenser leur argent et donc à maintenir une croissance soutenue.

Logiquement, il y peu de chance de voir de nouvelles mesures de relance être mises en œuvre dans les prochaines semaines.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *