Press "Enter" to skip to content

Faut-il envisager une dévaluation du dollar?

Le propre des analystes est d’évoquer des scénarios qui, au final, ont souvent peu de chances de se produire. Rappelons nous par exemple que Royal Bank of Scotland évoquait durant l’été 2008 un clash dramatique en raison du différentiel de taux entre la Réserve Fédérale et la Banque Centrale Européenne. Toutefois, un tel clash ne s’est jamais produit.

Cette fois-ci, certains analystes du marché des changes, notamment Marc de Boisséson d’Octo Finances, se sont amusés à envisager une éventuelle dévaluation du dollar qu’ils appellent souvent de leurs voeux. Cette dévaluation répondrait selon eux à une nécessité, résultant du plan Geithner destiné à se débarrasser des actifs toxiques des banques. Rappelons nous qu’avant de faire une gaffe magistrale concernant le statut du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale, Tim Geithner était parvenu à restaurer momentanément la confiance sur le marché des changes grâce à ce plan.

Afin de mener à bien l’opération, il est prévu de lever 500 milliards de dollars, de quoi soulever encore des questions au sujet de l’endettement inquiétant des Etats-Unis. Le plan présenté par Tim Geithner consiste à créer des partenariats entre des fonds privés et le Trésor.

Avec un tel plan, selon certains analystes, les banques pourraient trouver un excellent moyen de se financer bien que le plan prévoit qu’il ne doit pas exister de liens entre les banques vendeuses de leurs créances jugées « toxiques » et les acheteurs.

Cependant, là n’est pas le problème le plus aigu d’après certains analystes. En effet, le temps joue contre ce plan puisqu’il va falloir attendre sûrement quelques semaines voire mois pour qu’il soit mis en place. Entre temps, il est tout à fait vraisemblable que les banques américaines aient de nouveau besoin d’injections de liquidités. Toutes ne peuvent pas se vanter, à l’instar de Bank of America, de commencer le remboursement des fonds prêtés par l’Etat fédéral.

Ainsi, Tim Geithner pourrait rapidement se voir contraint de demander de nouveau fonds au Congrès alors que les fonds alloués au plan Paulson de cet automne ont presque été entièrement utilisés.

Une question récurrente se poserait alors, ayant trait au financement de la dette américaine. Certes, la Chine a rappelé qu’elle continuerait, contrainte et forcée puisqu’elle n’a pas de porte de sortie pour le moment, d’acheter des bons du Trésor américain. Le Japon, en fidèle allié, devrait agir de même. Toutefois, afin d’inciter davantage les épargnants du monde entier à venir financer la dette des Etats-Unis, certains analystes suggèrent d’avoir recours à une dévaluation du dollar et à une hausse des taux d’intérêt par la Fed. Cependant, il semble peu probable pour le moment que Ben Bernanke opte pour une telle option. Barack Obama, à l’instar de son prédécesseur, n’a-t-il pas plaidé en faveur d’une politique du dollar fort…

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *