Press "Enter" to skip to content

Forex – Que faut-il attendre du G20 de Moscou?

Le G20 est l’évènement du marché des changes cette semaine. Depuis lundi, les discussions vont bon train entre responsables politiques et banquiers centraux au sujet du taux de change des principales devises.

Le thème de la “guerre des devises” qui s’est imposé tout naturellement lors de la réunion du G7 devrait également être au coeur des discussions du G20 à Moscou demain.

Les banquiers centraux refusent tous d’accorder du crédit à une éventuelle guerre internationale des taux de change et affirment que les politiques monétaires actuellement mises en oeuvre ont simplement des motivations économiques intérieures et le respect des objectifs d’inflation. Lors de son passage en Espagne pour rencontre le chef du gouvernement Mariano Rajoy, Mario Draghi a levé tous les doutes en déclarant qu’il n’y a pas de “guerre des devises”.

Il n’en demeure pas moins que les médias continuent d’évoquer allègrement le sujet et que les cambistes ne peuvent faire l’abstraction de celui-ci dans leurs stratégies de trading.

Comme l’a évoqué un article du Financial Times, il est fort probable que les discussions à Moscou s’orientent au final, comme c’est souvent le cas lors de ces grandes messes internationales, sur les déséquilibres commerciaux entre les principaux pays membres du G7 et la Chine dont nul n’a de doute sur la manipulation du taux de change du yuan.

Le communiqué final du G20 peut impacter assez fortement la tenue du marché des devises sur le court terme c’est pourquoi il est conseillé, avec la possibilité importante d’annonces au cours du week-end, d’alléger fortement voire de couper ses positions sur le forex dès vendredi.

Le G20 devrait adopter le communiqué émis mardi par le G7 ce qui aurait pour effet positif d’apaiser les tensions sur la question des taux de change, au moins pour un temps.

Le pays hôte, en l’occurrence la Russie, semble tout à fait disposé à suivre ce chemin. Le premier vice-président de la banque centrale russe, Alexei Oulioukaiev, a ainsi soutenu publiquement le point de vue du G7, ajoutant: “Nous avons dit plus d’une fois que, dans une société moderne, mondialement interconnectée, les politiques unilatérales étaient contre-productives.”

En toile de fond, c’est bien évidemment la politique monétaire du Japon qui est visée mais il n’est pas certain que le pays soit mis au ban des accusés car les Etats-Unis ont publiquement soutenu la position nippone cette semaine. L’archipel ne devrait donc pas être cité explicitement dans le communiqué final du G20. Pour le yen, il est peu probable qu’un consensus du G20 ait un impact durable sur son évolution puisqu’on a pu constater que le communiqué du G7 n’a entraîné qu’un seul jour de baisse pour les contreparties de la devise nippone, sans entamer la tendance de fond qui est à la baisse du JPY.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *