Press "Enter" to skip to content

Forex: Vers un renforcement de la régulation pour contrer les manipulations de prix?

Dans la foulée du scandale du LIBOR, les autorités financières ont décidé d’accorder une plus grande attention à la régulation des taux des devises. A première vue, une nouvelle campagne de régulation est en chemin qui pourrait conduire à des changements significatifs sur le forex.

Au début du mois prochain, l’International Organization of Securities Commissions (IOSCO), basée à Madrid, doit notamment présenter des propositions finales afin d’améliorer la transparence sur le marché des changes. Ce ne sera pas la première fois que l’IOSCO va proposer un renforcement de la régulation, sachant au demeurant qu’il y a beaucoup à faire à ce niveau sur le forex.

En effet, les échanges et transactions de devises ne passent pas par des bourses de valeurs et sont en grande partie totalement dérégulés ce qui, en pratique, pourrait conduire à certaines manipulations, comme on l’a vu dans le scandale du LIBOR. On dit que les transactions se font de gré à gré d’où la difficulté de mettre en oeuvre une régulation mondiale des échanges forex.

Bien sûr, le forex n’est pas un marché financier hors de tout contrôle, comme peuvent l’être par exemple les transactions dans le cadre du shadow banking. Il existe en effet plusieurs organismes de régulation nationaux, comme la CFTC aux Etats-Unis, la FSA au Royaume-Uni ou encore l’AMF en France qui exercent un certain contrôle sur les prestataires de services mais leur pouvoir demeure limité.

Les régulateurs ont souvent seulement le pouvoir de dresser une liste des brokers autorisés dans le pays mais peinent notamment à déployer un arsenal de lutte contre les fraudes et escroqueries, ce qu’on a pu constater notamment avec l’affaire Finanzas il y a quelques années dans l’Hexagone.

Aussi, certains s’inquiètent de plus en plus d’une possible manipulation des prix sur le marché des changes. Toutefois, cette hypothèse semble assez peu réaliste car du fait de la spécificité du forex, si quelqu’un tient à manipuler les prix des taux de change, il faudra pour cela qu’il engage un montant énorme sur le marché, ce qui serait envisageable seulement en cas d’action concertée de plusieurs investisseurs aux moyens considérables.

Il n’en demeure pas moins que les conclusions de l’IOSCO devraient permettre de souligner la nécessité d’un meilleur encadrement des marchés de gré à gré, notamment le forex. La communauté internationale a déjà pris des mesures significatives au niveau des dérivés OTC, dont la responsabilité dans la crise des subprimes est évidente, mais rien n’a été encore fait pour le forex alors que ce marché est en pleine expansion, spécifiquement auprès de particuliers qui ne sont pas toujours suffisamment avertis des risques. Si les recommandations de l’IOSCO sont suivies, le marché des changes pourrait être d’ici quelques années plus transparent et plus stable, un véritable atout pour les cambistes.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *