Press "Enter" to skip to content

GroupTalent, la start-up qui risque d’affoler Wall Street

Si les métiers de la finance connaissent quelque peu la crise ces derniers temps, ce n’est pas le cas de tous les secteurs et l’informatique s’en sort particulièrement bien. C’est de ce constat que sont partis deux entrepreneurs pour fonder une start-up qui risque d’affoler Wall Street, GroupTalent, dans les prochains mois.

Sous la forme d’un site internet, la start-up propose de mettre en relation des employeurs à la recherche talents et des programmeurs en recherche d’emploi. Mais cela se différencie des sites plus classiques et l’innovation réside dans la façon de procéder au recrutement. Que diriez-vous en tant qu’employeur de pouvoir tester les talents de quelqu’un avant de signer un contrat d’embauche? Et bien c’est ce que propose GroupTalent pour les entreprises qui chercheraient à recruter des développeurs ou des designers. Pour les entreprises, cela revient à appliquer le concept du “try-before-buy” selon son créateur. En participant quelques jours à un projet de développement, les candidats ont l’occasion de faire leurs preuves et en cas de réussite d’intégrer pleinement la société. Le site internet ne se contente pas de mettre en lien des annonces, mais participe directement au process de recrutement: une sélection initiale des candidats est effectuée pour proposer aux entreprises des profils qui correspondent vraiment à leurs offres. Selon Manuel Medina, directeur du groupe, ce mode de recrutement permet à la fois aux employeurs de recruter les meilleurs salariés, mais aussi d’accroitre d’au moins 20% le salaire de ces talents.

Ancien étudiant de la Harvard Business School, Manuel Medina est l’un des cofondateurs du site. Après avoir travaillé pour Amazon, c’est chez Microsoft qu’il réalise la majeure partie de sa carrière en tant que cadre au sein de la division mobile pour le Canada et l’Amérique latine. Le cofondateur Gordon Hempton est également un ancien employé du géant américain de l’informatique, où il travaillait en tant que développeur notamment sur le Microsoft SQL Server. C’est en 2011 que GroupTalent voit le jour, et connaît depuis un succès grandissant. Actuellement, la société opère à New-York et San Francisco et héberge plus de 600 postes. Mais le concept devrait bientôt s’étendre aux villes de Los Angeles, Boston, Sans Diego, Austin ou encore Seattle.

La boîte a réussi à lever plus de 1 million de dollars jusqu’à présent, mais devant un tel succès, de plus en plus d’investisseurs pourraient bientôt s’intéresser au projet. En effet, cela ne serait pas la première startup qui pourrait séduire Wall Street. De nombreuses startup ont déjà réussi: comme exemples célèbres on pourrait citer Twitter, Instagram ou même Facebook qui effectuait son entrée au Nasdaq il y maintenant plus d’un an. Souvent à l’origine des jeunes entrepreneurs ambitieux, une idée de base souvent novatrice est l’une des clés pour convaincre les investisseurs. Et c’est grâce à un important potentiel de croissance que toutes ces entreprises ont vu leurs projets être propulsés à des sommets.

Pour l’instant réservé aux métiers de l’informatique, le concept de GroupTalent pourrait rapidement s’étendre. Des groupes tels que Entelo, Gild et Talent Bin ont déjà rejoint le projet et si le groupe continue une telle expansion, c’est bientôt de grands noms de Wall Street qui pourraient les rejoindre.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *