Press "Enter" to skip to content

Guide de trading sur le marché des changes pour le 1er mai 2013

Les principales bourses de valeurs en Europe et aux Etats-Unis sont fermées aujourd’hui mais ce ne sera évidemment pas le cas des marchés OTC comme le forex. Il faudra cependant faire preuve d’une grande vigilance en raison d’un regain prévisible de volatilité lié à l’absence sur le marché de nombreux intervenants et à la publication d’annonces de premier plan au niveau économique.

Bien savoir placer ses stop loss et ses take profit sera donc encore plus essentiel que d’habitude pour cette première séance du mois de mai.

Sans surprise, comme c’est toujours le cas la première semaine du mois, les indicateurs macroéconomiques vont s’enchaîner à un rythme soutenu ce qui devrait permettre dès vendredi d’avoir une idée plus précise de la situation économique mondiale, spécialement outre-Atlantique.

Ce qu’il faut retenir de la séance d’hier

La séance d’hier sur le marché fut assez atypique. Il y a eu des mouvements sur les principales paires mais rarement liées que ce soit à l’actualité économique ou encore aux fondamentaux techniques. Plusieurs rumeurs ont circulé sur les réseaux sociaux au sujet d’une intervention de la banque centrale suisse non pas face à l’euro comme on pourrait le croire mais face au yen. Cependant, ces propos n’ont pas été confirmés par les autorités suisses. La paire CHF/JPY a effectivement connu un plongeon en matinée mais par la suite a rebondi fortement pour s’approcher de nouveau du niveau de 105. Il n’est pas certain, malgré tout, qu’il y ait eu une quelconque intervention.

En zone euro, le marché a plutôt bien réagi aux annonces concernant le chômage qui a atteint un plus haut historique à 12.1% de la population active comme prévu. Certains pays connaissent une tendance très inquiétante concernant le chômage des jeunes (âgés de moins de 25 ans). En tête, l’Espagne, le Portugal, l’Italie et Chypre avec respectivement 55.9%, 38.3%, 38.4% et 32.3%.

Par ailleurs, l’inflation dans l’Union a profondément chuté sur un an à 1.2% en avril contre 1.7% un mois plus tôt ce qui semble étayé la thèse de la déflation avancée par certains économistes. C’est en tout cas une bonne nouvelle car la baisse de l’inflation (qui est plus au stade de la désinflation actuellement!) laisse une marge de manoeuvre plus grande à la BCE pour éventuellement intervenir sur les taux directeurs demain.

Enfin, aux Etats-Unis, l’indice Case-Shiller des prix immobiliers a fait un bond de 9.32% sur un an en février, ce qui est mieux qu’attendu et conforte la thèse du redressement du marché immobilier. A ce titre, il sera pertinent de surveiller aujourd’hui les dépenses de construction à 16h. Bonne nouvelle aussi pour la confiance du consommateur qui a bondi à 68.1. En revanche, le PMI Chicago a chuté à 49 soit son plus bas niveau depuis septembre 2009, ce qui étaye la possibilité d’un ISM décevant aujourd’hui après les nombreux indices régionaux en recul.

Les enjeux de ce mercredi

L’enjeu principal pour le marché des changes est d’avoir confirmation ou pas du redressement américain. Hier, les plutôt bonnes statistiques américaines avaient permis à l’euro de tirer son épingle du jeu et même de monter jusqu’à 1.3169 se rapprochant ainsi de la résistance à 1.3192.

Les investisseurs spéculent évidemment sur la possibilité d’un geste de la BCE mais les indicateurs américains influent aussi sur la tendance. L’enquête ADP, prévu en baisse avec seulement 150 000 créations d’emplois, sera considérée par les intervenants du forex comme un indicateur fiable cet après-midi de ce que les non-farm payrolls nous réserve. Il est donc probable que cet indicateur joue fortement sur la tendance, tout comme l’ISM et également la décision de politique monétaire de la FED.

Elle sera rendue officiellement à 20h00 et devrait confirmer le maintien du taux à 0.25% et de la politique monétaire ultra-accommodante. Il faudra essayer de déceler la position de Ben Bernanke, c’est pourquoi sa conférence de presse sera à ne pas manquer. Les statistiques américaines des dernières semaines ont été mitigées, avec vraisemblablement un ralentissement du secteur manufacturier, et des chiffres du chômage qui ne s’améliorent pas rapidement. Le marché attendra surtout que Bernanke réaffirme son soutien aux mesures non conventionnelles.

On l’aura compris, tout se joue en fait à Francfort. C’est de la part de la BCE surtout que les cambistes attendent de nouvelles mesures. On parle même, sur les salles de marché, de la possibilité de mesures non conventionnelles pour la zone euro, ce qui semble cependant peu probable. Si cela devait se produire, toutefois, on pourrait voir émerger un euro renforcé sur le marché des changes par l’activisme de sa banque centrale. A l’inverse, la baisse des taux attendue va certainement, surtout si on se réfère à la théorie monétariste, entraîner l’euro/dollar à la baisse.

Il faudra aussi compter, en conclusion, avec des volumes ultra-faibles aujourd’hui. Ce fut déjà le cas hier après-midi, du fait également de la clôture de positions mensuelles sur le marché, ce qui avait entraîné des mouvements assez particuliers sur les devises. Il n’est pas impossible que le marché réagisse de manière irrationnelle au premier abord en ce jour férié, d’où la nécessité de placer ses stop loss au bon endroit.
 

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *