Press "Enter" to skip to content

IPC Australien : Conséquences pour la RBA et l’AUD

L’économie australienne a annoncé hier un IPC, indice des prix à la consommation plus faible que prévu pour le premier trimestre de l’année. Le chiffre global publié imprime, en effet, une augmentation de 0.6% alors qu’on attendait plutôt 0.8%.
La moyenne tronquée de l’IPC  s’établissait, quant à elle, à 0.5% alors que les prévisions se situaient à 0.7%.

La conséquence de cette annonce a été immédiate, le dollar australien cédait, en effet, rapidement du terrain face aux autres devises du forex.
L’AUD-USD perdait ainsi 50 pips en quelques minutes pour finalement tomber à 0.9300.

Si ce rapport entraine de forts remous sur le marché des changes c’est évidemment parce que les données de l’inflation incarnent l’un des facteurs principaux influençant les décisions politiques monétaires. Après tout, la priorité des banques centrales résident dans le maintien de la stabilité des prix d’un pays. Rappelons qu’une lecture faible de l’IPC reflète une augmentation lente du niveau des prix ce qui est une raison suffisante pour qu’une banque centrale maintienne une politique monétaire accommodante.


Concernant  la RBA, la faiblesse du rapport trimestriel sur l’inflation lui permet de s’en tenir à sa position neutre et diminue les chances d’un resserrement de la politique monétaire dans un proche avenir. Les analystes du marché prédisent que la hausse du taux de la RBA n’interviendra pas avant 2015. Le relâchement de la pression est donc de mise pour le gouverneur Stevens et ses hommes concernant un éventuel resserrement.

L’inflation annuelle sous-jacente qui exclue les données instables du taux d’inflation global s’élève quant à elle à 2.65%. Ce chiffre est particulièrement surveillé par la banque d’Australie, notez qu’il est à un niveau convenable lorsqu’il se trouve entre 2% et 3%, encore une raison pour la RBA de continuer sa politique monétaire accommodante.

Naturellement, les taureaux avides de dollars australiens ont été déçus par les résultats de l’IPC car avec eux s’en vont, également, les espoirs d’une relève prochaine des taux d’intérêt. Le niveau de l’AUD est sans doute à blâmer, notez qu’une nouvelle baisse pourrait contraindre les autorités australiennes à soutenir leur monnaie par la suite.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *