Press "Enter" to skip to content

La banque centrale américaine sur le point de retirer ses mesures exceptionnelles

Les cambistes pourraient être fixé dès ce soir. En effet, le compte-rendu de la dernière réunion de janvier de la banque centrale américaine (FED) va être communiqué aux investisseurs en fin de séance américaine aujourd’hui. A la clef, des précisions sur un possible retrait d’ici quelques mois du programme de rachats d’actifs.

Le compte-rendu de la réunion de décembre avait provoqué une vague d’achats de dollars sur le marché car, à la surprise générale, une majorité des membres du FOMC a plaidé en faveur de la fin des rachats d’actifs avant la fin de l’année 2013. Le marché des devises avait été pris de court par cette annonce même si certains analystes n’ont pas été totalement pris au dépourvu.

Le marché, ce soir, va donc être particulièrement attentif aux discussions qui ont eu lieu il y a un peu moins d’un mois à Washington et s’attarderont notamment sur la date éventuelle d’un retrait. Parmi les analystes forex, les avis sont partagés. L’économiste de la Deutsche Bank, Joe LaVorgna est certainement celui qui anticipe une fin du QE le plus tôt, dès le mois de juin. Selon lui, le compte-rendu publié ce soir ne devrait pas fournir beaucoup d’indications aux investisseurs sur les intentions de la FED car les membres du FOMC, n’ayant pas encore eu les bons chiffres du chômage de février lorsqu’ils se sont réunis en janvier, pourraient avoir eu tendance à jouer la prudence. Cependant, en se basant sur les prévisions en termes de PIB, de taux de chômage et d’inflation de la banque allemande, Joe LaVorgna considère que dès le mois de juin, la FED pourrait réduire l’ampleur de son programme de rachat d’actifs et y mettre un terme progressivement d’ici la fin de l’année. Par la suite, la banque centrale serait alors en mesure de relever progressivement ses taux.

Le consensus des économistes est cependant moins prompt à envisager un retour en arrière de la FED dès juin mais, sans l’ombre d’un doute, la politique monétaire américaine va faire les gros titres du marché des changes au deuxième semestre de cette année. C’est en tout cas l’avis clairement affiché par un analyse de la Société Générale, Sébastien Galy, dans une note récemment envoyée aux clients de la banque. Il considère qu’au cours des six derniers mois de l’année, la FED va durcir sa politique monétaire ce qui entraînera des changements conséquents au niveau des investissements, avec notamment une hausse du taux de rendement à 10 ans des obligations du Trésor américain. On assistera sur le marché, y compris au niveau des devises, à une ré-allocation du risque qu’il faudra être en mesure d’anticiper.

Bien-sûr, nul n’est réellement en mesure aujourd’hui de prédire à quel moment la FED va durcir sa position mais, une chose est certaine, cela pourrait survenir plus rapidement que prévu, surtout si les indicateurs américains continuent de s’améliorer. Pour l’instant, rien ne semble entraver la reprise économique américaine, même pas les discussions entre républicains et démocrates sur la réduction des dépenses qui sont au point mort.

Le compte-rendu de la FED de ce soir entraînera à coup sûr un regain de volatilité sur le marché des changes. Si les propos de la réunion de décembre sont confirmés, on assistera par ailleurs à des achats assez importants de dollars ce qui pénalisera le retour à la hausse de l’euro. Quant bien même la banque centrale adopterait une démarche prudence, il est fort probable que le prochain compte-rendu confirme les dires de Sébastien Galy et de Joe LaVorgna.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *