La BCE refuse de devenir une agence de notation

En pleine crise de la dette souveraine, nombreuses sont les capitales européennes qui ont souligné la nécessité de contrer l’influence des agences de notation financière américaines dont les méthodes sont contestées. A coup de dégradation des notes de la dette, S&P, Moody’s and Fitch affolent les marchés financiers.

Dans un document de travail officiel soumis à consultation en novembre dernier, la Commission Européenne a suggéré l’idée de créer une agence de notation financière européenne sous l’égide de la Banque Centrale Européenne, ce qui conduirait l’institut monétaire à émettre des notations concernant la dette des pays de la zone euro. Paris et Berlin étaient nettement favorables à une telle solution qui aurait pu permettre de réduire, au moins un peu, l’influence des agences américaines.
BCE_Place_Galleria_Toronto_Panorama_2002_cropped
En pleine crise de la dette souveraine, nombreuses sont les capitales européennes qui ont souligné la nécessité de contrer l’influence des agences de notation financière américaines dont les méthodes sont contestées. A coup de dégradation des notes de la dette, S&P, Moody’s and Fitch affolent les marchés financiers.

Dans un document de travail officiel soumis à consultation en novembre dernier, la Commission Européenne a suggéré l’idée de créer une agence de notation financière européenne sous l’égide de la Banque Centrale Européenne, ce qui conduirait l’institut monétaire à émettre des notations concernant la dette des pays de la zone euro. Paris et Berlin étaient nettement favorables à une telle solution qui aurait pu permettre de réduire, au moins un peu, l’influence des agences américaines.

Jean Claude Trichet n’a jamais été favorable à une telle solution, les équipes de la BCE rejoignant leur président sur ce point. Il y a quelques jours, la BCE a affirmé sur son site internet qu’il n’est pas de son rôle de noter les dettes des pays membres. Cependant, confrontée à la crise de la dette, la BCE a décidé de revoir un peu son modèle, affirmant qu’elle a entamé “un processus pour améliorer et développer ses capacités internes pour évaluer indépendamment la solvabilité des émetteurs” de dette.

La BCE rejette également l’autre idée évoquée par la Commission Européenne, à savoir l’instauration d’une agence de notation qui serait un partenariat public/privé, partenariat qui laisse dubitatif Francfort, soulignant que toutes les conditions en matière d’indépendance ne sont pas garanties. Reste à savoir aussi si “la création d’une agence semi-publique permettra d’augmenter la concurrence (parmi les agences de notations) ou bien créera des barrières artificielles à l’entrée de nouvelles structures privées et réduira donc en conséquence cette concurrence“, poursuit la BCE sur son site internet.

Afin de satisfaire les capitales européennes, Francfort envisage toutefois une solution de rechange qui constituerait à favoriser l’émergence d’un réseau européen de petites et moyennes agences de notation financière. Cependant, il n’est pas certain que ces agences pèsent lourd face aux géants américains. Cette solution de compromis risque surtout de n’aboutir à rien selon de nombreux analystes.

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie