Press "Enter" to skip to content

La FED peut-elle changer brutalement sa politique monétaire?

La réunion de la banque centrale américaine se termine ce soir et les cambistes espèrent un recentrage de la politique monétaire après les commentaires récents de plusieurs membres du FOMC qui ont mis en lumière les grandes divergences existant.

Cependant, les rumeurs et questionnements ne devraient certainement pas s’interrompre d’ici quelques heures, à moins d’un message sans équivoque envoyé par Ben Bernanke lors de sa traditionnelle conférence de presse.

Depuis déjà quelques semaines, tous les investisseurs s’inquiètent d’un revirement brutal de la politique monétaire des Etats-Unis, réitérant ainsi le scénario de 1994. Dans les couloirs de Davos la semaine dernière, c’était d’ailleurs l’un des sujets de conversation préféré des investisseurs.

Beaucoup, parmi les investisseurs particuliers, n’ont aucun souvenir des évènements de l’année 1994. Quelques années auparavant, la FED avait ouvert les vannes afin de relancer l’économie américaine. Mais, face au renforcement de l’activité économique, sans prévenir, en 1994, la FED a surpris tous les investisseurs et les analystes en relevant ses taux d’intérêt ce qui a provoqué un bain de sang sur le marché obligataire. L’objectif des autorités était alors d’éviter tout risque inflationniste bien qu’aucun signe de hausse démesurée des prix n’était perceptible.

De nos jours, même si la voix des ardents défenseurs de la stabilité des prix n’est plus aussi audible, il n’est pas exclu que Ben Bernanke regarde de très près l’évolution de l’IPC, principalement de l’IPC core qui est hors produits alimentaires et énergie. C’est en effet cette donnée, qui est controversée, qui sert de référence pour la banque centrale américaine afin de prendre ses décisions. Pour l’instant, toutefois, on peut souligner que l’IPC core n’est pas encore à des niveaux inquiétants mais, comme nous l’a enseigné l’expérience de 1994, cela ne signifie finalement pas grand chose. Si la FED considère que l’IPC core va monter dans les prochains mois à un niveau qui va nuire à la consommation, alors une hausse des taux sera inévitable.

Il conviendra donc de bien surveiller ce soir dans le communiqué de la FED et à l’occasion de la conférence de presse de Ben Bernanke l’accent qui sera mis, éventuellement, sur l’inflation.

On peut, pour conclure, se satisfaire toutefois d’une chose: les autres banques centrales ne semblent pas prêtes à abandonner les mesures d’assouplissement. Au Japon, le débat à ce sujet n’existe pas et à écouter les propos tenus par le futur gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, à Davos, en Angleterre il existe encore des possibilités de faire plus.

Inquiets d’une hausse brutale des taux, les marchés sous-estiment peut-être un peu que le processus de normalisation des taux va prendre un certain temps. Le choc de 1994 qui avait fragilisé les investissements de long terme parait ainsi bien faible.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *