Press "Enter" to skip to content

La « nouvelle normalité » de l’économie chinoise

Lors du dernier sommet pour la coopération Asie-Pacifique, le président chinois Xi Jinping a déclaré qu’une “nouvelle normalité” avait émergé en Chine. Pour illustrer cela et en comprendre les possibles impacts sur le forex, vous trouverez dans cet article, une revue rapide des derniers chiffres économiques de la deuxième plus grande économie du monde.

Inflation
En surface, l’inflation chinoise ne semble pas être si mauvaise que cela puisque la lecture de l’Indice des Prix à la Consommation, d’octobre est restée inchangée avec un chiffre de 1,6%. Cependant, en regardant les chiffres précédents, on constate que l’IPC annuel est à son plus bas niveau depuis 5 ans et qu’il devrait encore baisser.
L’Indice des Prix à la Production, qui est généralement considéré comme un indicateur avancé de l’inflation globale, marque un recul bien pire que prévu -2,2% alors qu’on attendait un chiffre de -1,9%. Notez que le PPI recule depuis trois ans déjà ce qui incite les analystes à spéculer sur le fait qu’une déflation pourrait bientôt prendre racine en Chine.

Production industrielle
La production industrielle chinoise n’a pas non plus été aussi bonne que prévu puisque sur une base annualisée elle montre un bond de 7,7 alors qu’un chiffre de 8,0% était attendu. Cela marque le deuxième rythme le plus lent de production de la Chine depuis la crise financière mondiale de 2009. La baisse des niveaux des prix et la faible demande mondiale sont les principales causes de ces chiffres tout comme les restrictions de production des industries à pollution lourde.


Dépenses et investissements

Les consommateurs ont également réduit leurs dépenses ce qui entraine une baisse des chiffres relatifs à la vente au détail, 11,5% sur une base annualisée alors que la lecture de l’année précédente était de 11,6%. Pendant ce temps, les investissements en capital fixe qui comprennent les dépenses pour les routes et les propriétés non rurales est en hausse de 15,9%, une augmentation plus faible que la précédente (16,1%), son plus bas niveau depuis décembre 2001.

Avec cela, aucun participant du marché n’a été surpris d’entendre bourdonner l’idée que la banque centrale chinoise se décide à opérer un assouplissement de sa politique. Le risque de déflation combiné au ralentissement des dépenses et de la production pourrait en effet forcer les autorités chinoises à prendre des mesures et mettre en place une relance pour permettre à l’économie de retrouver ses jours de gloire et sa croissance à deux chiffres. Cette dernière ne sera, en effet, que de 7% pour 2015, bien loin des 7,5% attendus.
Pour le président chinois, les risques qui pèsent actuellement sur la Chine ne sont pas si «effrayants» selon ses mots. Tant que les responsables chinois maintiendront ce discours, la prise de risque pourrait ne pas prendre de coup. Cependant, la tendance pourrait s’inverser lorsque les autres dirigeants du monde commenceront à exprimer des inquiétudes concernant le fait que le ralentissement chinois impacte inévitablement la croissance de l’économie mondiale.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *