Press "Enter" to skip to content

La livre perd de son éclat en 2014

Après un rebond surprise de la livre sterling sur le forex en 2013, le Royaume-Uni n’a pas su maintenir cet élan en 2014. Vous trouverez dans cet article les raisons qui nous conduisent à cette conclusion.

Un début d’année positif
L’année 2014 à plutôt commencé de manière positive pour les taureaux amateurs de livre puisque le taux de chômage situé à 7% se rapprochait des objectifs de la banque centrale anglaise et le gain annualisé des ventes au détail avoisinait les 5,3%, l’augmentation la plus rapide en neuf ans. De plus, la BoE projetait un taux de croissance de 3,4% pour 2014 et une inflation sous contrôle. Tout ce positivisme a conduit les marchés à anticiper une relève des taux d’intérêt.

Changement de ton à la BoE
Malheureusement pour les taureaux de livre, la BoE a commencé à changer son fusil d’épaule à partir du mois de mars en s’appuyant sur le fait que l’inflation devait avant tout rester en dessous du seuil de 2,5% et qu’il restait du chemin à faire avant que la croissance des dépenses des ménages et des entreprises soit équilibrée et durable.
Alors qu’au début, le gouverneur Carney estimait une hausse possible des taux, lorsque le chômage descendrait en dessous des 7% il a petit à petit changé de ton pour devenir plus prudent. Il faudra désormais attendre jusqu’en 2015 ou 2016 pour voir un mouvement sur les taux d’intérêt.
C’est à partir de ce moment là que la monnaie britannique a commencé à stopper son élan haussier. Les résultats des mois d’été ont montré que la reprise commençait à s’essouffler, fabrication ralentie, croissance des salaires négative, baisse continue de l’inflation, etc. Enfin, l’affaiblissement des économies mondiales constitue le dernier élément ayant causé à la livre des préjudices en 2014.


Dans l’ensemble, les prix de la livre sterling ont été stables tout au long de l’année à l’exception de la période où a eu lieu le vote relatif à l’indépendance écossaise en septembre. Désormais, toute la question est de savoir si les récentes améliorations en matière de croissance des salaires permettra à la banque centrale d’Angleterre de revenir sur ses positions concernant la hausse des taux d’intérêt.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *