Press "Enter" to skip to content

La monnaie ukrainienne, la hryvnia, entre en territoire inconnu

La monnaie ukrainienne, la hryvnia, entre en territoire inconnu. Après un plus bas depuis 2008 lors de la séance de mercredi, et alors que la crise politique ne semble pas en voie de résolution prochaine, la hryvnia pourrait continuer sa dégringolade sur le marché des change…avec le soutien tacite de la banque centrale ukrainienne.

Cette dernière a trois facteurs à prendre en compte, rendant son action d’autant compliquée: le risque politique lié à la contestation du pouvoir en place, la nécessité de réduire l’abyssal déficit du compte courant en comptant sur les flux financiers entrants dans le pays, et le difficile challenge de laisser baisser la monnaie nationale tout en évitant une ruée bancaire de la part des déposants.

Explication: pour couvrir au moins partiellement le déficit du compte courant, l’Ukraine a besoin d’argent frais qui ne peut venir que d’acteurs extérieurs au pays, ce qui peut se matérialiser notamment par une aide financière européenne et / ou russe.

Cependant, en raison de la contestation dans les rues, ces fameux acteurs extérieurs ont une grande réticence à investir et / ou prêter de l’argent au pays. De fait, difficile dans ces conditions de réellement diminuer le déficit du compte courant. Reste la solution périlleuse de laisser filer le taux de change de la hryvnia face au dollar. Le risque lié à cette dévaluation est de causer un ajustement désordonné du taux de change qui pourrait provoquer dans le pire des scénarios une ruée bancaire de la part des Ukrainiens. Fragilisant le système bancaire national en peu de temps. Scénario peu probable dans l’immédiat, mais qui n’est pas à exclure tant les finances nationales sont en piteux état.

Une résolution de la crise politique pourrait évidemment accorder un long répit à l’Ukraine et à sa monnaie nationale, permettant un rééquilibrage des comptes de l’Etat. A condition que l’horizon se dégage rapidement pour permettre aux investisseurs d’avoir une réelle visibilité, ce qui n’est pas le cas à ce jour.

Les conjonctures vont donc bon train pour envisager le devenir de la hryvnia. Dans une récente note clientèle BNP Paribas a même évoqué la possibilité que la monnaie tombe au niveau de 18 face à l’USD d’ici la fin de l’année. On ne se risquera pas à entrer dans ce jeu car, pour ainsi dire, nul n’est réellement en mesure de savoir comment va pouvoir évoluer le taux de change de la hryvnia. Ni dans une semaine, ni dans dix mois. Une chose est sûre, c’est un début d’année noir pour la devise. Un désastre qui n’est pas sans rappeler celui de la lire turque.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *