La newsletter du marché des changes de forex.fr

La hausse de la monnaie unique européenne s'est confirmée cette semaine, la devise s'échappant à plusieurs reprises au-dessus du niveau de 1.35 dollar. Nombreux sont désormais les analystes qui laissent entendre que l'euro pourrait s'inscrire au-dessus de 1.40 dollar dans les prochains mois.

Les facteurs expliquant la hausse de l'euro sont pléiades: les indicateurs macroéconomiques pour la zone euro, même s'ils sont loin d'être excellents, sont meilleurs que les indicateurs américains; les émissions obligataires des PIIGS sont un succès avec même parfois une baisse des taux de rendement et, enfin, les investisseurs se désistent du dollar américain allègrement, craignant que l'année 2011 soit une nouvelle année noire pour la devise des Etats-Unis.
La hausse de la monnaie unique européenne s’est confirmée cette semaine, la devise s’échappant à plusieurs reprises au-dessus du niveau de 1.35 dollar. Nombreux sont désormais les analystes qui laissent entendre que l’euro pourrait s’inscrire au-dessus de 1.40 dollar dans les prochains mois.

Les facteurs expliquant la hausse de l’euro sont pléiades: les indicateurs macroéconomiques pour la zone euro, même s’ils sont loin d’être excellents, sont meilleurs que les indicateurs américains; les émissions obligataires des PIIGS sont un succès avec même parfois une baisse des taux de rendement et, enfin, les investisseurs se désistent du dollar américain allègrement, craignant que l’année 2011 soit une nouvelle année noire pour la devise des Etats-Unis.

La semaine a commencé tranquillement en raison du Martin Luther King Day aux Etats-Unis. Les ministres des Finances de la zone euro se sont rencontrés et ont principalement évoqué, sur deux jours, l’hypothèse d’un accroissement des capacités financières du Fonds de stabilité financière européen. Les allemands sont encore très résistants face à cette idée et envisagent plutôt des solutions alternatives. A terme, le mécanisme de sauvegarde européen devrait être assez efficace, ce qui compte pour le moment c’est la volonté politique des capitales européennes qui a pour effet de rassurer les marchés. Pour preuve, les émissions obligataires qui ont ponctué cette semaine ont été un nouveau franc succès. Plusieurs rumeurs concernant une restructuration de la dette grecque ont par ailleurs circulé pendant la semaine mais, au final, selon les dernières informations communiquées, au lieu de restructuration, il s’agirait plutôt de rééchelonnement des aides consenties par l’UE et le FMI au pays au cours du printemps dernier. Ces rumeurs n’ont pas vraiment pesé sur l’euro qui a évolué une bonne partie de la semaine autour de 1.34/1.35 dollar avec une chute autour de 1.32 dollar en début de semaine.

Les bons indicateurs macroéconomiques se sont succédés cette semaine pour la zone euro, avec notamment l’indice ZEW et l’indice Ifo, publié hier. Ces bons indicateurs soulignent surtout que l’économie allemande continue d’entraîner dans son sillage une bonne partie de l’économie européenne. Berlin a d’ailleurs relevé les perspectives de croissance pour cette année à 2.3%.

A l’inverse, le dollar a subi les répercussions de l’accumulation d’indicateurs pessimistes tout au long de la semaine, surtout concernant le secteur immobilier. La chute des mises en chantier en dessous du consensus, à 529 000, ont clairement accentué la dégringolade du dollar. L’économie américaine n’a pas été sauvée par les inscriptions au chômage qui ont atteint 404 000 et encore moins par les indicateurs du Conference Board qui ont affiché une bonne performance. La publication la semaine prochaine du PIB annualisé des Etats-Unis sera sûrement surveillé de près.

Enfin, le dollar australien a connu une mauvaise semaine, en raison de la prévision des analystes concernant un durcissement de la politique monétaire chinoise afin de freiner l’inflation. De plus, la forte correction des prix de l’or a plombé le cours de l’AUD, faisant chuter la devise en dessous de la parité face au dollar américain. La correction sur le marché de l’or devrait se poursuivre la semaine prochaine ce qui pourrait accentuer la baisse du dollar australien. Le dollar canadien a connu un sursaut en fin de semaine après plusieurs séances de baisse en raison d’un repli des cours du baril. Les ventes au détail ont sauvé l’AUD qui s’échange toujours légèrement au-dessus de la parité face à l’USD.

Conseil de lecture:
Les Etats-Unis peuvent-ils faire faillite?

Consultez le calendrier économique de la semaine du 24 au 28 janvier en un seul clic!

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie