Press "Enter" to skip to content

La newsletter du marché des devises du 23 août 2012

L’appétit au risque sur le marché des changes a dominé la semaine même si certaines nouvelles n’ont pas été promptes à rétablir la confiance de long terme des investisseurs. En est-il ainsi de la volonté de la Grèce de rééchelonner sur quatre ans son plan d’austérité. Malgré une forte réticence de l’Allemagne à ce sujet, la chancelière Merkel a essayé de jouer l’apaisement lors de sa rencontre aujourd’hui avec le Premier ministre grec en réaffirmant son attachement durable à ce que la Grèce demeure dans la zone euro. En d’autres termes, l’Allemagne attend le rapport de la troïka en septembre pour se positionner.

La BCE a également occupé le terrain, au grand dam certainement de Mario Draghi qui n’en demandait pas autant. Plusieurs articles de presse ont affirmé en début de semaine que la BCE pourrait décider à la rentrée d’encadrer les taux des obligations des pays en difficulté, ce qui refuse obstinément la Bundesbank. Le porte-parole de l’institut d’émission a démenti mollement mais les marchés veulent encore croire que la BCE va venir au secours de la zone euro.

C’est, à la surprise quasi-générale, la FED qui a redonné l’espoir aux cambistes avec la publication de son compte-rendu qui confirme la piste d’un QE3 afin de dévaloriser le dollar. Les marchés ont été promptes à intégrer cette rumeur dans les cours, engendrant une dépréciation quasi-généralisée du billet vert, en attendant toutefois le discours de Ben Bernanke prévu le 31 août qui devrait confirmer ou infirmer la possibilité de mesures exceptionnelles dès septembre.

Analyse technique

EURUSD: L’eurodollar est en hausse cette semaine avec une variation positive sur cinq jours de 1.56% et des fluctuations comprises entre 1.2295 et 1.2590. Le cours a atteint son plus bas niveau lundi à cause de la confirmation par la Grèce de sa volonté de rééchelonner le plan d’austérité. La BCE n’a pas calmé les choses en révélant qu’elle n’avait pas prévu de racheter d’obligations d’Etat dans les prochaines semaines. La valeur la plus importante s’est affichée jeudi suite à la déclaration du président de la FED encourageant le lancement du Quantitative Easing 3. 
Vendredi, le cours d’ouverture était de 1.2560, en léger repli du fait des prises de bénéfices à l’approche du week-end mais d’un point de vue graphique, la tendance à la hausse sur le moyen terme n’est pas entamée.

USDJPY: La tendance est clairement baissière pour la paire avec une perte hebdomadaire de 1.31%. La journée de mercredi fut particulièrement désastreuse avec un brusque décrochage qui a fait passé la paire de 79.16 à 78.40 en moins de 40 minutes, à cause du compte-rendu de la FED. C’était d’ailleurs le seul mouvement vraiment notable et significatif depuis lundi, rompant avec les faibles oscillations du reste de la semaine.

GBPUSD: La livre sterling affiche de bons résultats par rapport au dollar en dépit de craintes concernant l’activité économique et le déficit budgétaire, ce qui toutefois ne devrait pas remettre en cause dans l’immédiat le triple A du Royaume-Uni. La paire a évolué dans une bande de fluctuation comprise entre 1.5602 et 1.5913 avec une augmentation hebdomadaire de 0.87%, principalement liée aux perspectives d’assouplissement monétaire aux Etats-Unis alors que la Banque d’Angleterre plaide pour le statu quo.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *