Press "Enter" to skip to content

La newsletter hebdomadaire du marché des changes du 9 novembre 2012

La semaine a été plutôt mouvementée sur le marché des changes, rythmée par les élections américaines, la conférence de presse de Mario Draghi et la publication de nombreux indicateurs économiques.

La crise de la dette en Europe a encore une fois été au cœur des préoccupations des cambistes. Depuis la réunion du G20 dimanche dernier, les investisseurs forex se sont remémorés le silence espagnol quant à la demande d’aide du pays. La situation continue de se dégrader puisque lundi Madrid a publié un taux de chômage à 25.02%. La Commission européenne a alors revu à la baisse ses prévisions pour la zone euro.

Pour ne rien arranger sur le continent européen, le discours de Mario Draghi qui était attendu optimiste s’est révélé empreint de pessimisme. Il semblerait que la crise commence à affecter l’économie allemande et que l’ensemble de l’activité économique en zone euro demeure faible. Le bilan économique du mois de septembre n’est pas très encourageant: la production industrielle allemande a reculé de 1.8%, contre un recul de 0.4% en août, et les ventes du commerce au détail sur l’ensemble de la zone ont chuté de 0.8%, contre une baisse de 0.2% en août. Les perspectives de croissance sont plutôt négatives et incertaines. La BCE a annoncé qu’elle maintiendra son taux directeur inchangé, à 0.75%.

D’un autre côté, le versement de l’aide accordée à la Grèce a été repoussé au 26 novembre 2012. C’est mercredi soir que le pays est enfin parvenu à un accord avec ses créanciers sur le plan de rigueur à adopter pour bénéficier des 31.2 milliards d’euros d’aides, bloqués depuis juin. La nouvelle politique de la Grèce a été très mal accueillie par la population et le pays a dû faire face à de nouveaux mouvements protestataires.

Outre-Atlantique, la réélection d’Obama a quelque peu rassuré les investisseurs qui ont vu en cette victoire un gage de stabilité. Cependant, ils se sont très vite souvenus de la menace économique du “fiscal cliff” qui a continué à peser sur le marché des devises. La menace est telle que l’on reparle d’un retour à la récession pour les Etats-Unis qui viennent tout juste de renouer avec la croissance. Les chiffres américains du chômage sont toujours en amélioration et la balance commerciale est en hausse, à -41.5 contre -43.8 en septembre et un consensus à -45.

Analyse technique

USDJPY: Le dollar a gagné du terrain face à la majeure partie de ses contreparties. Cependant, le yen semble lui résister puisque la paire a subi un recul de 1.26% sur l’ensemble de la semaine, traduisant un appétit des investisseurs pour le risque. Le yen, valeur refuge en temps de crise, a souffert du désintérêt des cambistes rassurés par la victoire d’Obama. La paire a fluctué entre un plus haut à 80.5550 en début de semaine et un plus bas à 79.0650 aujourd’hui, révélant la tendance baissière qui devrait se poursuivre en début de semaine prochaine sur l’USDJPY.

GBPUSD: La livre a gagné de terrain face au dollar cette semaine. La valeur de la paire a subi un recul de 0.72% sur l’ensemble de la semaine. Le dollar a repris quelques couleurs mardi après la publication d’une production industrielle anglaise en baisse de 1.7% pour septembre, contre un recul de 0.5% en août. Mais la nouvelle a vite été oubliée par les cambistes plus inquiétés par la menace de la falaise fiscale. La GBPUSD a fluctué entre un plus haut à 1.6043 mercredi et un plus bas à 1.5903 aujourd’hui alors que la BoE a annoncé qu’elle maintient son taux directeur inchangé, à 0.5%.

AUDUSD: Le dollar australien a profité des indicateurs économiques du pays. Portée par la hausse inattendue des ventes au détail, la balance commerciale a révélé un recul du déficit, à 1.456 milliards en octobre contre les 2.027 de septembre, et les chiffres du chômage se sont affichés en dessous des 5.5% attendus, à 5.4%. Ainsi la paire a progressé de 0.47% sur l’ensemble de la semaine, fluctuant entre un plus bas à 1.0339 lundi et un plus haut à 1.0448 mardi.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *