Press "Enter" to skip to content

La revue eco-forex du jeudi 14 mars 2013

Le marché des changes se réveille dans l’optimisme aujourd’hui, après les excellents chiffres des ventes au détail américaines au cours du mois de février.

Le marche a également été rassuré par la confirmation de ce matin par la chambre basse du parlement japonais de Haruhiko Kuroda comme nouveau gouverneur de la Banque du Japon (BoJ). Ses deux adjoints ont aussi reçu l’approbation des parlementaires. Cette confirmation n’était pas vraiment une surprise car le parti au pouvoir possède une solide majorité à la chambre basse. Demain, c’est la chambre haute, où le gouvernement ne possède pas de majorité, qui va voter mais il semble probable que les candidats officiels bénéficient d’un soutien suffisant. L’USDJPY a peu réagi et reste autour de 96.00.

Aujourd’hui, le marché va surtout faire attention, pendant la session européenne, à la réunion de deux jours du Conseil européen qui va commencer en fin d’après-midi. L’agenda officiel n’est pas aussi urgent que lors des autres sommets. Il semble que les responsables politiques vont surtout discuter de la stratégie de croissance pour l’Europe, notamment la mise en oeuvre de la Stratégie Europe 2020. Le principal problème à ce sujet est de savoir quelle influence va avoir la politique d’austérité sur cette stratégie. On devrait en particulier assister à une nouvelle opposition frontale entre la France, soutenue par les pays du Sud de l’Europe, et l’Allemagne concernant les mesures de réduction du déficit. Les discussions vont également porter a priori sur le plan de renflouement de Chypre qui devrait aboutir d’ici quelques semaines selon des sources européennes.

De son côté, l’agenda américain est peu important aujourd’hui avec simplement les revendications chômage à 13h30 et l’indice des prix à la production. De fait, on prévoit simplement une consolidation du mouvement en cours sur l’EURUSD qui est plutôt favorable au dollar américain après les récents bons chiffres communiqués par Washington.

Les investisseurs porteront également un intérêt particulier aux banques centrales. Il ne s’agit pas cette fois-ci des banques centrales majeures mais de banques périphériques. La banque centrale néo-zélandaise a maintenu pendant la nuit son taux directeur à 2.5%, révisant à la baisse sa prévision de croissance comprise entre 2% et 3% et mettant un peu la pression sur le kiwi. Le gouverneur a, en effet, une nouvelle fois déclaré que la monnaie néo-zélandaise est sur-évaluée sur le marché des changes et qu’une hausse des taux est à prévoir dans les mois à venir. Les cambistes ont immédiatement réagi en faisant baisser la devise face au dollar américain dans les échanges asiatiques.

La Banque Nationale Suisse a aussi rendu sa décision de politique monétaire, avec le maintien du statu quo, ce qui était prévisible étant donné que l’inflation reste en territoire négatif et que le PMI manufacturier est ressorti en baisse dernièrement. La banque centrale a également réitéré sa détermination à maintenir le cours plancher de l’EURCHF à 1.20.

Enfin, le marché se positionne également avant la décision de la Norges Bank. Là encore, c’est le statu quo qui est prévu avec un taux directeur à 1.5%. On prévoit que le communiqué confirme que le taux va rester à ce niveau toute l’année ce qui devrait donc entraîner peu de mouvements sur la couronne norvégienne.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *