Press "Enter" to skip to content

La revue écofin du 11 juillet: L’euro en léger rebond après un plus bas de 2 ans

Les éléments Forex clés

• L’euro remonte au lendemain d’une journée de baisse

• Le dollar australien: la nouvelle bonne alternative forex?

• Crise de l’euro: à qui profite le crime?

L’euro chutait hier contre la quasi-totalité des devises majeures. Face au dollar, la monnaie européenne terminait à la clôture de Paris à 1.2244, son plus bas niveau depuis juillet 2010. Face au dollar canadien, la monnaie unique atteignait son plus bas historique à 1.2496 avant de remonter en fin de journée à 1.2515.

A la mi-journée, la devise européenne semblait pourtant avoir repris des couleurs grâce aux décisions de l’Eurogroupe, allant dans le sens des mesures votée par le conseil le 29 juin dernier. L’euro atteignait même 1.2331 dollar à 11h30. Puis, les taux d’emprunt ayant baissé de plusieurs points de pourcentage (la France allant même emprunter à des taux négatifs sur du court terme pour la première fois de son Histoire) les investisseurs se sont détournés de la monnaie commune, cherchant à acheter des actifs à plus haut rendement.

Toutefois, la publication d’indicateurs allemands concernant l’inflation (en baisse) et la production industrielle (en forte hausse) ont tiré ce matin l’euro légèrement à la hausse.

Au contraire de l’euro, le dollar australien connait lui une importante appréciation face à toutes les devises de référence depuis hier. La 5ème devise la plus traitée sur le Forex s’envole de 0.5% face au dollar, de 0.36% face à l’Euro et de 0.41% face au yen. Cette poussée s’explique par la hausse de l’once d’or, valeur refuge en ces temps de crise.

Après une telle chute de la devise européenne, plusieurs voix s’élèvent dans les pays du Sud de l’Europe pour demander “A qui profite le meurtre de l’euro?”.

D’après le journal italien Il Sole 24 Ore, les obligations allemandes sont devenues de véritables valeurs refuge, avec un taux d’emprunt désormais bien inférieur à celui des Etats-Unis. La première économie de la zone euro est aussi dopée par une monnaie faible favorisant les exportations, moteur de sa croissance. Le quotidien accuse ainsi l’Eurogroupe de couvrir les vrais responsables de la crise, à savoir les Etats du Nord.

Les cambistes seront attentifs aujourd’hui au début d’une réunion de deux jours se tenant à la Banque Centrale du Japon. Le communiqué de la décision de politique monétaire est attendu pour demain, tôt le matin. A 11h demain, Bruxelles communiquera l’indice de production industrielle de la zone euro pour mai.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *