Press "Enter" to skip to content

La revue écofin du 26 décembre 2011

– Echanges en nette berne en ce lendemain de fête 
– Le ministre allemand des Finances exclut l’éventualité d’un krach boursier en 2012
– Selon des informations du WSJ, deux banques de premier plan non identifiées se préparent à la fin de la monnaie unique européenne
– Le calendrier économique est vide aujourd’hui, en attendant demain après-midi plusieurs indicateurs américains de premier plan dont l’indice S&P/CS Composite et la confiance du consommateur américain

 

Du fait des festivités liées à Noël, les échanges sont en très nette berne sur les marchés financiers internationaux, avec très peu de mouvements, ce qui n’empêche pas une certaine volatilité sur le marché des changes, normale en cette période de l’année.
 
Les traders et les agences de notation respectent la traditionnelle trêve hivernale tandis que le rebond technique de décembre sur les marchés actions devrait s’estomper dans les prochains jours.
 
Du point de vue des informations économiques et financières, c’est quasiment le calme plat. On notera seulement le fait que le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, a estimé hier dans une interview au réputé Bild am Sonntag que les marchés financiers ne devraient, a priori, pas connaître de krach boursier en 2012, estimant que la situation est “maîtrisable“. “Il y aura encore quelques surprises et agitations mais nous sommes en position pour les gérer. Je conseille un peu de calme“, a-t-il déclaré. Ces propos sont intervenus alors que le patron du FMI, l’ancien ministre française Christine Lagarde, a appelé les dirigeants européens à mettre en oeuvre dans les plus brefs délais les décisions prises lors du dernier Sommet Européen de décembre.
En effet, si la trêve hivernale domine pour le moment, d’ici à une dizaine de jours, le marché reprendra un cours normal et l’agitation devrait atteindre de nouveaux pics, alors que les intervenants attendront plusieurs évènements cruciaux, dont la décision de S&P courant janvier sur la notation des 15 pays de l’Eurozone pour lesquels elle a émis un avertissement il y a peu, et par la suite, la réunion des chefs d’Etat et chefs de gouvernements européens à Bruxelles le 30 janvier.
 
Le WSJ a également écrit, vendredi dernier, qu’au moins deux banques d’envergure internationales ont pris des dispositions pour se préparer à mener des transactions dans d’anciennes monnaies de pays de la zone euro, comme la lire italienne ou le drachme grec, en cas de fin de l’euro ou de retrait de plusieurs pays de la zone euro. En dépit de recherches, le WSJ a été dans l’incapacité d’identifier ces deux banques. Cette nouvelle n’a, en rien, créé un électrochoc sur les marchés, étant donné que des annonces similaires ont fait l’actualité au cours des dernières semaines.
 
Aujourd’hui, aucune nouvelle macroéconomique pour le Forex. Par conséquent, les échanges vont rester atone et nous déconseillons vivement à tous les traders, expérimentés comme novices, de s’engouffrer sur le marché. Demain, en revanche, plusieurs chiffres américains sont prévus, qui risquent d’entraîner un fort accroissement de la volatilité en raison de volumes très faibles.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *