Press "Enter" to skip to content

La zone euro pourrait sortir de la récession plus tôt que prévu!

Ce qui semblait il y a encore quelques mois impossible, lorsque les données montraient sans ambiguïté la récession dans l’eurozone, est désormais à portée de main. En effet, les derniers indicateurs PMI pour le continent ont montré une nette amélioration de la situation économique, ce qui pourrait signifier un retour plus rapide qu’initialement prévu à la croissance.

Le PMI composite flash pour l’Union monétaire, qui combine les performances pour les secteurs manufacturier et des services, a ainsi atteint son plus haut niveau depuis janvier 2012 à exactement 50.4. La plus grande surprise est venue de la France, deuxième économie de l’euroland, qui semble finalement retrouver grâce aux réformes une certaine santé, alors qu’on redoutait il y a encore peu une crise profonde pour le pays. Les données pour juillet sont réconfortantes avec un PMI manufacturier à 49.8 et un PMI services à 48.9, ce qui montre bien que le secteur privé a encore des ressources. Il y a peu, le PMI manufacturier était à 40!

De son côté, l’Allemagne fait toujours preuve d’une grande résistance face aux chocs externes avec des PMI qui sont désormais en phase d’expansion.

Deux facteurs expliquent principalement ces bonnes données: les mesures de la BCE qui ont permis de restaurer la confiance et de débloquer le marché du crédit, et l’affaiblissement des mesures d’austérité notamment par rapport à l’an dernier, ce qui a permis d’épargner un peu l’activité économique.

Pour autant, il serait présomptueux de croire que la zone euro est complètement sortie d’affaire. Dans le détail, certaines données invitent encore à la prudence. Ainsi, la demande domestique demeure particulièrement, notamment en France avec une baisse des commandes domestiques, principalement à cause de l’instabilité fiscale. Par ailleurs, il ne faut pas non plus oublier que le taux de chômage demeure une préoccupation de taille, avec un niveau proche de 50% dans certains pays pour les jeunes. De fait, les consommateurs ont un pouvoir d’achat quasiment partout dans la zone euro affaibli, sachant qu’ils doivent dans certains cas en plus faire face au maintien de mesures de consolidation budgétaire, via essentiellement des hausses d’impôts.

Cela doit rappeler aux traders forex que la zone euro a encore du chemin à parcourir avant de renouer avec une croissance stable et durable, ce qui explique d’ailleurs pourquoi l’euro peine à conserver ses gains face au dollar. Le chemin est encore long et la tendance reste plutôt baissière pour l’euro/dollar. Les efforts des gouvernements doivent cependant être encouragés, les bons indicateurs PMI montrent qu’ils sont payants mais il faudra faire preuve encore de patience. Un euro à 1.60 n’est pas pour demain vu la situation économique encore délicate dans l’Union.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *