Press "Enter" to skip to content

L’actualité de l’EUR/USD et des autres devises du 7 janvier

Hier, la séance américaine fut plutôt calme après la publication des chiffres des inscriptions au chômage, la tendance sur l’EUR/USD étant toujours baissière. L’autre événement de la fin de soirée fut la décision surprise de la banque centrale du Pérou de relever préventivement son principal taux directeur en le faisant passer de 3% à 3.25, le Pérou étant l’un des pays ayant la plus forte croissance en Amérique latine. Bien que les pressions inflationnistes soient modérées, la banque centrale tient à commencer l’année sur une note positive. Sur les dix économistes interrogés par Reuters en marge de la réunion de la banque centrale, 8 s’attendaient à ce que l’institut d’émission opte pour un maintien des taux.

Aujourd’hui, la séance européenne est marquée essentiellement par un renouveau de la crise obligataire alors que le rapport sur l’emploi et le chômage américain est attendu en fin de journée.

L’euro poursuit sa baisse, s’affichant en-dessous de 1.30 dollar mais se stabilisant en revanche face au yen autour de 108. L’euro a toutes les chances de continuer sa baisse dans les semaines à venir, la prochaine cible de notre rédaction se situant à 1.29 dollar. Face à la livre sterling, l’euro se stabilisait également, le marché étant probablement attentiste, alors que la devise britannique avait enregistré de bons gains hier. La stabilisation s’effectue autour de 84 pence pour un euro.

La monnaie unique européenne a été pénalisée aujourd’hui par la crise obligataire. Le sujet devrait toutefois être rapidement éclipsé cet après-midi par la situation sur le marché de l’emploi outre-Atlantique. Entre-temps, ces tensions se manifestent via une hausse des taux espagnols et portugais. Les taux espagnols à 10 ans ont atteint en milieu de matinée 5.536% tandis que les taux portugais se sont envolés largement au-dessus, à 7.161%. Les propos rassurants des reponsables chinois semblent ne pas avoir vraiment convaincu les marchés financiers. Le marché obligataire reste donc dans une configuration semblable à la fin de l’année 2010. Pour l’instant, les pays de la péninsule ibérique peuvent encore faire face à ces tensions mais, à terme, certains analystes craignent qu’ils ne doivent faire appel au Fonds européen de stabilité financière, accentuant ainsi les déboires de l’euro sur le marché des devises.

Dans quelques heures, le dollar pourrait être conforté par de bons chiffres américains. Les analystes s’attendent à des créations d’emplois importantes. Au cours des derniers mois, la Fed s’est inquiétée très fortement de la situation sur le marché de l’emploi, conditionnant sa politique monétaire à l’évolution du chômage. Les récents indicateurs publiés cette semaine ont montré une nette amélioration de l’activité et les investisseurs chercheront cet après-midi, dans les indicateurs qui vont être communiqués, de nouveaux signes étayant la reprise.

Pour finir, la pression s’est accentuée aujourd’hui sur le rand sud-africain, la devise atteignant un plus bas depuis près de deux semaines face à l’USD suite à la décision de la banque centrale d’effectuer des achats de dollars sur le marché des changes afin de limiter l’appréciation de la devise. Chaque jeudi, la banque centrale brésilienne intervient également sur le marché du Forex dans la même perspective.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *