Press "Enter" to skip to content

L’analyse Forex EURUSD du vendredi 26 août

L’EURUSD est sous pression aujourd’hui de nouveau dans l’attente du discours de Ben Bernanke à Jackson Hole à 16h, heure française.
Scénario du jour:
Hier, la nervosité sur la parité EURUSD était très perceptible en dépit des achats par la BCE d’obligations de l’Espagne et de l’Italie. Le cross a connu des variations très importantes dans la bande de fluctuation 1.4329-1.4475, restant toutefois toujours dans la bande définie en début de semaine.
Pour aujourd’hui, l’EURUSD devrait évoluer entre 1.4350 et 1.4500 avec une remontée probable de la monnaie des 17 vers 1.4471 avant une éventuelle correction baissière par la suite. A 11h, heure française, le cross s’avançait vers ce niveau, étant passé depuis l’ouverture de 1.4387 à 1.4439 sur le marché des changes.
Point sur les fondamentaux
Hier fut une nouvelle journée agitée pour le cross majeur EURUSD avec des inquiétudes grandissantes concernant la crise souveraine dans la zone euro et la publication de mauvais indicateurs américains. Comme il fallait l’attendre, le nombre de personnes qui se sont inscrites à l’assurance-chômage outre-Atlantique est en hausse, passant à 417 000 la semaine dernière contre 405 000 il y a deux semaines.
Afin d’éviter une nouvelle dégringolade du CAC40 du fait des inquiétudes concernant la croissance économique mondiale et la crise souveraine, l’AMF a annoncé dans un communiqué hier soir que les restrictions sur les ventes à découvert seront maintenues jusqu’à nouvel ordre, mais elles ne devraient normalement pas s’étendre au-delà du 11 novembre prochain. Une attitude similaire est attendue en Belgique, en Espagne et peut-être en Italie.
Sur le terrain de la crise souveraine, ce matin, le ministre des Finances grec (en photo ci-dessus) a annoncé avoir écrit à 57 homologues afin de les informer des modalités du programme grec d’échange d’obligations prévu par le plan de sauvetage du pays. A priori, cet échange devrait être conclu vers le 20 octobre 2011. Le pays a notamment précisé qu’il ne mettrait pas en oeuvre l’échange de titres souverains s’il ne concerne pas au moins 90% des titres de dettes détenus par les investisseurs privés. Jusqu’à présent, le seuil de 90% de participation était présenté comme un objectif mais le gouvernement grec semble en avoir fait une condition sine qua non alors qu’un porte parole de l’Institut de la finance internationale a annoncé hier soir que seulement 60% à 70% des investisseurs privés avaient exprimé à ce jour leur intention de participer au plan d’échange de dette. Cette annonce pourrait entraîner de nouvelles inquiétudes de la part des marchés financiers, accentuant le repli sur les valeurs refuge dans les heures à venir. 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *