Press "Enter" to skip to content

Le dollar australien est parti pour progresser

A l’instar de la livre sterling ou de la monnaie unique européenne, le dollar australien a glissé ce matin à l’ouverture du marché sous l’effet du recul, pour le deuxième mois consécutif, au mois de juillet de l’indice de confiance des consommateurs américains. Cet indice a jeté un coup de froid, freinant la progression des valeurs jugées à risque sur le marché des changes.

Ainsi, l’euro évoluait en début d’échanges européens en dessous de 1,43 dollar tandis que le dollar australien chutait par rapport à son dernier record. Pour autant, cela ne veut pas dire que l’aversion pour le risque a repris du terrain sur le marché des changes, encore faudra-t-il attendre la publication du livre beige de la Réserve Fédérale en fin de journée pour se faire une idée plus précise des perspectives économiques aux Etats-Unis.

Entre temps, les observateurs du marché des devises parient sur une nouvelle hausse du dollar australien. En effet, les propos tenus hier par le gouverneur de la Banque de réserve australienne, Glenn Stevens, ont rassuré les investisseurs du marché des changes en levant deux des principaux obstacles à une appréciation de la monnaie australienne. D’abord, Glenn Stevens n’a émis strictement aucune crainte vis-à-vis de l’appréciation du dollar australien, qui a regagné depuis le mois de février dernier 30%. De plus, il a laissé entendre que la banque centrale pourrait décider de relever prochainement ses taux, sans même attendre que le chômage ait commencé à reculer. Désormais, les acteurs du marché des changes attendent d’avoir connaissance des minutes de la dernière réunion de la banque centrale, qui doivent être publiées la semaine prochaine, afin d’avoir confirmation du changement d’optique de celle-ci. Si un relèvement des taux venait à survenir, le dollar australien pourrait nettement tirer profit du différentiel de taux avec d’autres monnaies, profitant déjà de l’embellissement des perspectives économiques mondiales qui font grimper le cours des matières premières.

Pour l’instant, une seule ombre au tableau persiste, c’est l’éventualité d’un nouveau resserrement de la politique monétaire de la Chine qui pourrait faire des dommages collatéraux au dollar australien.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *