Le yuan peut-il réellement détrôner le dollar?

En 2012, la Chine est devenue la première puissance économique mondiale dépassant pour la première fois les Etats-Unis. La domination du billet vert dans les échanges internationaux et sur le forex est directement menacée par un yuan de plus en plus présent. Après l’Océanie et l’Afrique, c’est au tour de l’Europe d’être conquis par la monnaie asiatique. Les récentes annonces la Banque populaire de Chine s’orientent en ce sens mais une question se pose: le yuan peut-il réellement détrôner le dollar?

Depuis quelques années et avec la montée en puissance de la Chine, le yuan est au cœur de toutes les attentions, témoignant du nouveau statut de la 2eme puissance mondiale. Historiquement, avant 2005, le yuan était indexé par rapport au dollar mais les enjeux économiques ont forcé les autorités chinoises à l’indexer sur un panier contenant les plusieurs grandes devises. Tandis que le cours de la plupart des monnaies est déterminé par le jeu de l’offre et de la demande, en Chine le cours du yuan est fixé quotidiennement par la banque centrale – avec des variations maximales de 1%. Cette particularité pose un problème pour les investisseurs: avec le manque de transparence de cette institution, les décisions des autorités monétaires ne sont pas simples à anticiper.

C’est ainsi que la Chine peut maintenir artificiellement une monnaie faible et obtenir chaque année un excédent de sa balance commerciale. Pour le mois de mai, le pays affichait un excédent de 20.4 milliards de dollars et atteignait 231 milliards d’euros en 2012. La sous-évaluation du yuan permet d’augmenter très largement les exportations. Mais avec une inflation de plus en plus préoccupante, la Chine se voit dans l’obligation de revoir sa politique monétaire. Après une hausse de 5.4% de l’inflation en 2011, le gouvernement a décidé de la limiter à 3.5% pour cette année, au risque de réduire sa croissance comme ce fut le cas l’an dernier. La position des autorités vis à vis du yuan s’assouplie, l’estimant de plus en plus proche d’une juste valeur.

Chine forex

En 2012, la Chine est devenue la première puissance économique mondiale dépassant pour la première fois les Etats-Unis. La domination du billet vert dans les échanges internationaux et sur le forex est directement menacée par un yuan de plus en plus présent. Après l’Océanie et l’Afrique, c’est au tour de l’Europe d’être conquis par la monnaie asiatique. Les récentes annonces la Banque populaire de Chine s’orientent en ce sens mais une question se pose: le yuan peut-il réellement détrôner le dollar?

Depuis quelques années et avec la montée en puissance de la Chine, le yuan est au cœur de toutes les attentions, témoignant du nouveau statut de la 2eme puissance mondiale. Historiquement, avant 2005, le yuan était indexé par rapport au dollar mais les enjeux économiques ont forcé les autorités chinoises à l’indexer sur un panier contenant les plusieurs grandes devises. Tandis que le cours de la plupart des monnaies est déterminé par le jeu de l’offre et de la demande, en Chine le cours du yuan est fixé quotidiennement par la banque centrale – avec des variations maximales de 1%. Cette particularité pose un problème pour les investisseurs: avec le manque de transparence de cette institution, les décisions des autorités monétaires ne sont pas simples à anticiper.

C’est ainsi que la Chine peut maintenir artificiellement une monnaie faible et obtenir chaque année un excédent de sa balance commerciale. Pour le mois de mai, le pays affichait un excédent de 20.4 milliards de dollars et atteignait 231 milliards d’euros en 2012. La sous-évaluation du yuan permet d’augmenter très largement les exportations. Mais avec une inflation de plus en plus préoccupante, la Chine se voit dans l’obligation de revoir sa politique monétaire. Après une hausse de 5.4% de l’inflation en 2011, le gouvernement a décidé de la limiter à 3.5% pour cette année, au risque de réduire sa croissance comme ce fut le cas l’an dernier. La position des autorités vis à vis du yuan s’assouplie, l’estimant de plus en plus proche d’une juste valeur.

Longtemps le premier créancier des Etats-Unis, la Chine, a considérablement diminué ses réserves en bons américains de plusieurs milliards, et ne s’est pas retenue d’émettre des doutes concernant la stabilité du dollar après l’importante crise qui a touché l’économie américaine.

Pour venir faire concurrence au billet vert, la stratégie de la Chine est simple : étendre son influence au plus grands nombre de pays. Déjà grand partenaire de l’Afrique et des pays en développement, on se souvient l’an dernier d’un accord avec les places financières de Tokyo et Shanghai permettant un échange de monnaie était signé. Plus tôt dans l’année, c’est la Nouvelle-Zélande et l’Australie qui profitaient d’une convertibilité directe du yuan. Pour l’Europe, c’est Londres qui obtient cet avantage : Mervyn King, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, annonçait en début de semaine la signature d’un accord d’échange de devises avec Pékin pouvant atteindre plus de 20 milliards de livre sterling. Dans la semaine, c’est au tour de François Hollande d’annoncer un accord de swap entre la Banque de France et la Banque de Chine “dans l’intérêt de la Chine et de l’Europe”: la conquête du yuan est lancée.

Récemment encore, et après plusieurs jours de silence, la banque centrale chinoise appelait les banques commerciales et les investisseurs à prendre leurs responsabilités et indiquait que les liquidités se trouvaient actuellement à un «”niveau raisonnable”. Avec cette décision, la Chine souhaite maintenir une politique visant la stabilité de la croissance et de l’inflation et, vient rassurer le marché interbancaire dont les taux s’étaient envolés à plus de 25% pour certaines transactions.

Une chose est sûre, le dollar ne se laissera pas voler facilement la vedette. La Reserve Fédérale est décidée à ne pas poursuivre sa politique monétaire accommodante et un revirement devrait intervenir avant la fin de l’année. Le dollar pourrait ainsi réaffirmer sa domination sur le marché des changes mondiaux. Devant la volonté incontestable de la Chine de venir concurrencer le billet vert, les Etats-Unis ne resterons pas sans réaction.

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie