Press "Enter" to skip to content

Les 3 surprises de la réunion de la FOMC

Alors que la plupart des observateurs n’ont pas été surpris de découvrir que la FED maintenait sa politique de réduction d’achats d’actifs, voici tout de même 3 éléments de la réunion de la FOMC quelque peu surprenants.

Une décision unanime concernant les achats d’actifs
La réduction mensuelle de 10 milliards des achats d’actifs de la Fed reflétait la volonté de la majorité des membres de la banque centrale américaine avec toutefois un ou deux dissidents. Cette fois, c’est l’ensemble des décideurs de la Fed qui s’accordent sur cette politique monétaire. Un symbole d’optimisme pour l’économie américaine. Le président de la Réserve fédérale de Minneapolis Narayana Kocherlakota, seul dissident de la précédente décision de réduction d’achats d’actifs de la FOMC a surpris les analystes économistes quand il s’est abstenu de contester l’orientation qualitative de la Fed. Il n’est cependant pas resté sans commentaire puisqu’il a souligné que la banque centrale était encore loin d’atteindre ses objectifs d’inflation et d’emploi.


Une évaluation économique très optimiste
Alors que l’économie américaine a imprimé un très maigre 0.1% de PIB pour le premier trimestre de l’année, la FOMC déclare que la croissance économique a récemment repris…
La Fed a en effet indiqué que les dépenses de construction semblaient augmenter plus rapidement que prévues et sur un long terme et que les anticipations d’inflation restaient stables. Gardez cependant à l’esprit que l’IPC annuel se situe à 0.9% en février, loin de la cible des 2% attendue par la Fed.
Pendant ce temps, le taux de chômage s’est maintenu à 6,7% au cours du mois, ce qui permet à la Fed de maintenir son évaluation des emplois inchangée. La déclaration de la FOMC indique également que les indicateurs du travail restent mitigés mais qu’un coin de ciel bleu pourrait être envisagé.

Une fin de la politique de réduction d’achat en décembre ?
Si la Fed maintien son évaluation optimiste et ses perspectives pour l’économie américaine, elle pourrait rester sur la bonne voie et mettre fin à sa politique de réduction d’achats d’actifs en Décembre. Il semble donc que les décideurs politiques se basent sur les chiffres économiques décevants dus aux conditions climatiques extrêmes de la fin du quatrième trimestre de 2013.
Bien sûr, les responsables de la Fed ont réaffirmé qu’ils étaient en auête d’un large éventail d’informations quand il s’agit de faire des changements de politique monétaire, mais plusieurs analystes estiment que cette dernière est déjà sur pilote automatique. La hausse des taux d’intérêt est encore une autre histoire puisque beaucoup de doutes persistent concernant les prévisions de Yellen.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *