Press "Enter" to skip to content

Les banque centrales à l’ordre du jour

La séance d’aujourd’hui souligne à maints égards qu’il existe plusieurs stratégies pour lutter contre les pressions inflationnistes. Ainsi, certains peuvent opter pour un relèvement monétaire, n’ayant aucune crainte de trop brusquer la croissance économique mais d’autres, dans une situation plus délicate, doivent s’accommoder d’une inflation en progression afin de permettre à la croissance de redémarrer.
Aujourd’hui, l’évènement majeur de la séance fut la réunion de la Banque d’Angleterre. L’institution britannique n’a pas déçu les analystes en conservant ses taux inchangés à 0.5% et en maintenant la suspension de son programme de rachats d’actifs qui a été épuisé en janvier 2010. “Pas de surprise de la part de la Banque d’Angleterre” a commenté un analyste de Daiwa Capital Markets. Pas de commentaire, comme d’habitude. Toutefois, le compte-rendu de la réunion devrait révéler des détails intéressants, notamment la répartition des votes. Le Comité de politique monétaire est en effet partagé entre trois stratégies totalement différentes, ce qui implique trois façons divergentes d’appréhender l’inflation. Une hausse des taux est en chemin selon de nombreux investisseurs…

Hausse des taux au menu pour les banques centrales de Corée du Sud et de Serbie en tout cas. Avec une inflation qui a atteint 4.5% en février dernier, soit un plus haut niveau depuis 27 mois, la banque centrale de Corée du Sud n’a eu d’autre choix que de relever les taux d’un quart de point, à 3% alors qu’ils étaient il y a moins d’un an à 2%. Comme l’a souligné le président de la banque centrale : “Nous n’avons pas d’autre choix que de concentrer tous nos efforts sur les sujets d’intérêt national que sont la croissance et l’inflation, avec une attention plus soutenue sur l’inflation“.

Scénario similaire en Serbie à la différence près que la croissance n’est pas tellement au rendez-vous. Luttant contre une inflation en constante hausse, qui a atteint 10.3% en 2010 selon le bureau serbe des statistiques, la banque centrale a décidé de relever son taux directeur de 25 points de base à 12.25%, ce qui constitue la septième hausse depuis le mois d’août dernier. La banque centrale s’est fixée comme objectif ambitieux de conserver l’inflation autour de 4% pour les deux ans à venir, objectif qui semble totalement irréaliste même avec des taux aussi hauts.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *