Press "Enter" to skip to content

Les bases de discussions du sommet européen pour sauver la Grèce

Alors que le sommet européen a débuté, en l’absence remarquée du Royaume-Uni, pour venir en aide à la Grèce, les informations commencent de plus en plus à filtrer sur les discussions qui ont lieu à Bruxelles.

Selon des sources de presse, la proposition allemande de taxation bancaire, qui avait l’avantage d’éviter un défaut de paiement, même partiel, a finalement été rejeté, en amont du sommet suite à des discussions intenses entre Berlin et Paris pendant près de sept heures.

En fait, l’Europe semble se diriger vers une solution qui devrait, vraisemblablement, intégrer un défaut de paiement au moins partiel de la Grèce, ce qui pourrait créé des remous importants sur les marchés financiers. Le secteur bancaire, via l’IFI, milite d’après un document que s’est procuré Reuters en faveur d’un échange de dettes grecques venant à échéance jusqu’à fin 2019 contre des obligations à 30 ans. Cette opération contraindrait la zone euro et le FMI à verser à la Grèce 71 milliards d’euros, soit moins que les 110 milliards envisagés au départ. Sur le deuxième plan d’aide, près de 25 milliards d’euros devraient contribuer à recapitaliser les banques du pays.

Par ailleurs, le FESF devrait fournir, afin de limiter la contagion de la crise souveraine, des prêts à taux plus bas et pour des durées au moins doublées aux pays européens ayant bénéficié d’une aide extérieure, à savoir la Grèce, l’Irlande et le Portugal. Selon un document de travail, la maturité des prêts devrait atteindre au moins 15 et les taux devraient baisser à environ 3.5%.

Ce sont les principales informations qui ont filtré pour le moment concernant ce sommet extraordinaire. Sur le marché des changes, la tension risque de s’accentuer dans les heures qui viennent et se traduire par un accroissement de la volatilité. Le sommet accapare tellement l’attention des marchés que les cambistes n’ont quasiment pas prêté attention cet après midi à la remontée des inscriptions chômage aux Etats-Unis à 418 000 contre une estimation à 410 000.

Avant le sommet, ce matin, l’EURUSD a flirté avec 1.43 USD mais il semble probable qu’un revirement baissier se produise dans les heures qui viennent. Tout dépendra en fait des mesures prises à l’occasion de ce sommet et de la réaction des marchés et aussi des agences de notation, surtout en cas de défaut de paiement partiel. La prudence est de rigueur et il convient de bien placer ses stop loss dans un marché volatil.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *