Press "Enter" to skip to content

Les chiffres du chômage sont tombés: l’Allemagne fait encore mieux que la France

Les chiffres du chômage en Allemagne sont tombés ce matin avec une nouvelle hausse en décembre pour le neuvième mois consécutif. Toutefois, le rythme de progression est plus faible que celui anticipé par les économistes avec seulement 3000 demandeurs d’emplois en plus en un mois en données corrigées des variations saisonnières soit un chiffre final de 2.942 millions.

Les économistes anticipaient en moyenne une hausse de 10 000. Le taux de chômage reste ainsi à 6.9% de la population active.

Les tenants du modèle allemand ne manqueront pas de les comparer avec les chiffres tombés fin décembre pour la France qui a encore connu une forte hausse du nombre de demandeurs d’emplois. 29 300 demandeurs d’emploi sans activité se sont inscrits en novembre, soit un total de 3.13 millions. C’est le dix neuvième mois de hausse consécutive pour le pays.

Lors de ses voeux aux Français, le président de la République a mis comme priorité nationale la lutte contre le chômage en 2013 avec l’objectif d’inverser la courbe haussière avant la fin de l’année. Au-delà des discours partisans, nombreux sont les économistes qui restent sceptiques sur la capacité du pays à inverser la tendance tant les réformes nécessaires ne sont pas menées. Beaucoup ose désormais souligner que la France est le nouveau maillon faible de la zone euro, qui pourrait éventuellement d’ici peu attirer toute l’attention des spéculateurs si les réformes n’avancent pas plus rapidement

Dans le bas du tableau pour la zone euro, on retrouve toutefois toujours l’Espagne qui est dans une situation bien plus dramatique. Malgré un recul du chômage au mois de décembre, il reste à des niveaux records à 4.85 millions de demandeurs d’emplois. Sur un mois, le nombre de demandeurs a diminué de 59.094 (-1.2%) ce qui peut être attribué en partie au phénomène des chômeurs découragés qui sortent mécaniquement des statistiques et qui est bien connu des économistes.

Sur le marchés des changes, ces annonces ont contribué à accentuer le repli de l’euro face au dollar avec en ce début de séance une baisse déjà de 0.25% à 1.3150. La paire est fragilisé par un retour rapide de l’aversion au risque, lié principalement à l’aggravation du risque politique aux Etats-Unis et à un regain de préoccupation au sujet de la zone euro dans son ensemble. La paire se rapproche donc techniquement de ses supports, notamment celui à 1.3126 qui, s’il est enfoncé, ouvrira la voie à 1.3066 sur le moyen terme. L’euro est aussi en repli face au yen après que la devise nippone ait été fortement sur-vendue en fin d’année dernière. Le recul est de l’ordre de 0.40% à l’heure actuelle autour 114.60 mais se positionner à la baisse sur la paire est risqué sur le moyen terme car de nouvelles mesures de la Banque du Japon sont à prévoir d’ici moins de vingt jours.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *