Press "Enter" to skip to content

Les chômeurs découragés de l’économie américaine !

Ce que vous avez raté cette semaine:

L’évènement du marché des changes cette semaine a eu trait au chômage américain avec un rapport qui a totalement désorienté le marché, y compris des actifs comme l’or. Seulement 74.000 créations d’emplois en décembre contre un consensus Forex.fr à 200.000 et un taux de chômage à 6.7% contre un consensus à 7.1%. Ces données peuvent laisser sceptiques. En fait, la forte baisse du taux de chômage semble être explicable par le fait que de nombreux demandeurs d’emplois sont sortis des statistiques sur la période. Phénomène probable de “chômeurs découragés” comme de nombreux pays développés expérimentent. Le taux de participation est en effet à son plus bas depuis 1978.

Il va s’en dire que la volatilité a atteint un maximum cet après-midi, étant donné que le Forex n’anticipait en aucune façon une telle annonce. L’aversion au risque a pris le dessus et pourrait continuer d’influencer le marché la semaine prochaine. Il est probable que les investisseurs fassent au final plus attention aux créations d’emplois qu’au taux de chômage officiel, qui est à un plus bas depuis 2008.

Toutefois, ces chiffres ne remettent en aucune façon en cause la reprise américaine qui devrait être solide en 2014. Plusieurs membres du FOMC, dont Janet Yellen, anticipent une activité qui pourrait dépasser la prévision de 3%. De fait, comme l’a révélé le dernier compte-rendu du FOMC de décembre, la diminution du montant mensuel des rachats d’actifs pourrait s’accélérer prochainement.

De l’autre côté de l’Atlantique, l’horizon économique est moins réjouissant. Les récents chiffres de l’inflation font craindre une déflation. Lors de sa conférence de presse mensuelle, Mario Draghi a rejeté l’hypothèse d’un scénario similaire à celui du Japon. En revanche, il a laissé entendre qu’en raison d’une activité qui reprend graduellement et d’un taux de chômage très élevé, les taux pourraient rester bas plus longtemps que prévu. Le marché des changes est resté sur sa faim et avait sanctionné hier après-midi l’euro qui avait perdu 70 pips en quelques minutes face à l’USD avant de se reprendre par la suite.

L’autre annonce de banque centrale cette semaine fut outre-Manche avec un statu quo qui n’a surpris personne; La question est cependant toujours en suspens de savoir si la BoE va réviser le forward guidance dans les prochains mois en raison de données macroéconomiques dans l’ensemble très bonnes.

Analyse technique des paires majeures:

EURUSD: Tendance qui reste favorable à l’euro avec une hausse hebdomadaire de 0.36% et un point haut à 1.3664 qui date de ce jour. Le dollar pourrait à court terme être pénalisé par les NFP mais nous maintenons notre vision baissière pour ce cross en raison du différentiel économique et de politique monétaire à l’oeuvre.

USDJPY: A moyen terme, la tendance est toujours à la hausse mais avec les banques centrales et les NFP, cette semaine, la paire a connu une correction de 0.26% en hebdomadaire avec un point bas qui date du 6 janvier à 103.89. L’orientation est toujours favorable à 110 yens d’ici la fin du T2.

GBPUSD: Hausse de 0.29% sur une semaine pour cette paire. La livre sterling a toujours la main et maintenant nous visons un test de la résistance à 1.6499.

La paire à surveiller:

USDBRL: Avec une inflation qui est désormais galopante au Brésil, nous anticipons un relèvement des taux dès la semaine prochaine par la banque centrale de près de 50 points de base contre un consensus actuel du marché de 25 points de base. Le Brésil va certainement vouloir envoyer un signal fort aux investisseurs ce qui pourrait permettre au real de reprendre la main temporairement face à l’USD. Mais la marge de manoeuvre de la banque centrale à moyen terme étant très faible, la tendance sur plusieurs mois est toujours favorable au billet vert. Nouvelle politique monétaire américaine oblige. Un renforcement du BRL sera à prendre en considération sur de l’intraday uniquement.

Ce qu’il ne faut pas manquer la semaine prochaine:

Les cambistes auront accès à une multitude d’indicateurs macroéconomiques, avec pas moins de 15 chiffres américains en l’espace de cinq séances. Aucune de ces données n’est cependant apte à influencer durablement les taux de change et il y a fort à parier que le marché, du moins en ce qui concerne les principales monnaies, reste sur les tendances résultant des NFP publiés ce jour. Les cambistes, doté d’un intérêt pour la macroéconomie, pourront apprécier plus précisément le panorama économique américain. Européen compris puisque plusieurs IPC sont programmés. En revanche, aucune décision parmi les grandes banques centrales n’est attendue.

De fait, le marché des changes pourrait évoluer sur les mêmes orientations que cette fin de semaine. Nous maintenons notamment notre vision haussière à moyen et long terme pour l’USD. En revanche, le yen devrait continuer sur sa lancée baissière. A noter que les retail investors sont tentés, à en juger par leur positionnement, d’être long sur l’euro et le dollar australien. A condition toutefois de saisir cette opportunité comme un moyen d’entrer sur le marché.

Le programme des publications économiques de lundi prochain:

Début de semaine très calme avec:

– La production industrielle italienne pour Novembre attendue stable à 0.5% après plusieurs chiffres économiques qui ont montré une dégradation de l’activité dans le pays. Le marché des changes restera toutefois attentif à l’évolution de la situation bien qu’on sache qu’un tel indicateur n’est pas susceptible d’influencer les cours.

– Le seul chiffre américain du jour sera par rapport au budget mensuel des Etats-Unis avec le rapport de décembre annoncé à 20h, là encore sans influence sur les principaux cross.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *