Press "Enter" to skip to content

Les facteurs qui favorisent l’aversion pour le risque sur le forex

Le marché des changes connaît en ce moment de forts remous. Vous trouverez dans cet article, les facteurs qui font que la confiance dans les monnaies refuges augmente et ceux qui empêchent l’aversion pour le risque de rentrer en jeu.

La faiblesse des données économiques chinoises
Les données économiques chinoises parues la semaine dernière montrent que la deuxième économie du monde n’est pas au mieux en ce moment. En effet, la production industrielle a été plus faible que prévu tout comme les investissements en capital fixe d’ailleurs. Mis à part cela, les données d’inflation ont indiqué que le pays n’était pas à l’abri d’une chute des prix des produits de base. L’IPC annuel a, en effet, baissé de 1,6% à 1,4% en novembre pendant que les prix à la production marquaient également un recul de 2,7%. Cela laisse supposer que les pressions inflationnistes pourraient encore continuer à s’affaiblir.

La baisse continue du prix du pétrole
Un rapide regard sur les tableaux de pétrole brut suggère que les grandes économies devraient s’attendre à une baisse encore plus importante dans les prochains mois. Rappelons que le prix du pétrole a atteint un niveau particulièrement bas cette semaine, a 60$ le baril. Comme nous vous l’indiquions en début de semaine, cela fait suite à l’explosion de l’offre de gaz de schiste aux Etats-Unis et au refus de l’OPEP de freiner la production.
Avec cela, une déflation pourrait apparaître ce qui pourrait susciter une guerre des devises entre les différentes banques centrales.


Vers une crise monétaire russe ?

L’économie russe dépendant fortement du pétrole et de l’énergie, il n’est pas étonnant que le rouble rencontre quelques soucis en ce moment. En effet, la monnaie russe a perdu près de 10% de sa valeur contre le dollar sur le forex, ce qui a conduit les autorités des banques centrales à augmenter les taux d’intérêt de 6,5% il y a quelques jours. Les fonctionnaires espéraient que cette manœuvre agressive de politique monétaire aiderait à stabiliser la monnaie mais cela n’a pas été suffisant. Au lieu de cela, un vent de panique s’est répandu sur les marchés financiers déclenchant une hausse des rendements obligataires russes et une perte massive de la valeur pour les banques exposées à ces titres de créance.

Les élections anticipées en Grèce
Dernier point, mais pas des moindres, la crise politique grecque qui plane toujours comme un nuage sombre à l’horizon. Les acteurs du marché des changes attendent en effet, les résultats de ce nouveau scrutin pour se positionner. Ce vote de confiance pourrait déterminer si oui ou non le pays, criblé de dettes, serait en mesure de recevoir davantage de fonds pour se renflouer. Avec cela, c’est toute la zone euro qui pourrait subir un revers alors que cette dernière traverse déjà une zone de turbulence très défavorable.

Ces facteurs semblent pour l’instant agir sur les acteurs du forex puisque ces derniers peinent à se lancer dans des placements risqués. En effet, en ces temps d’instabilité les traders ont tendance à préférer les valeurs refuges bien plus stables.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *