Les investisseurs les yeux tournés vers Pékin

Depuis le début de semaine, les investisseurs du marché des changes ont les yeux tournés vers la Chine. Les récentes déclarations de Pékin ont, en effet, poussé les investisseurs à s'interroger sur la dynamique de la reprise économique mondiale, les incitant à se réfugier sur le dollar et le yen.
yuan.jpg

Depuis le début de semaine, les investisseurs du marché des changes ont les yeux tournés vers la Chine. Les récentes déclarations de Pékin ont, en effet, poussé les investisseurs à s’interroger sur la dynamique de la reprise économique mondiale, les incitant à se réfugier sur le dollar et le yen.

Depuis plusieurs semaines, les responsables chinois s’efforcent dejuguler la bulle spéculative qui risque à tout moment d’exploser en Chine. Celle-ci s’est notamment traduite par une augmentation fulgurante des prix de l’immobilier dans les grandes villes du pays. D’après des données officielles portant sur plus de 70 villes, les prix de l’immobilier ont connu leur hausse leur plus rapide depuis 18 mois en décembre.

Cette bulle spéculative, comme l’ont reconnu les autorités, devrait continuer d’être opérante en 2010, principalement à cause de la reprise de l’activité économique en Chine. Avec une croissance de 8,7%  en 2009, soit nettement supérieure aux attentes, et un quatrième trimestre à 10,7%, la Chine continue d’attirer les investisseurs étrangers.

Selon des données publiées par la presse mais démenties par l’Administration d’Etat des Changes, plus de 167 millions de dollars de capitaux spéculatifs sont entrés en Chine l’an dernier. Les autorités ont démenti immédiatement la méthode de calcul utilisée qui consiste à soustraire l’excédent commercial et les IDE des réserves en devises étrangères de la Chine. Toutefois, Pékin a reconnu qu’un problème existe à ce niveau-là et qu’il devrait perdurer en 2010 à cause des taux pratiqués par la Fed et d’un possible resserrement monétaire par la banque centrale de Chine.

Au même moment, la Chine fait l’objet de fortes pressions de la part de ses principaux partenaires commerciaux qui souhaitent voir les autorités chinoise réévaluer le yuan. Prétextant que la stabilité du yuan est bénéfique à tout le monde, Pékin a jusqu’à présent fait la sourde oreille. En décembre dernier, les responsables européens avaient notamment essuyé un échec flagrant à ce sujet. Cette fois, c’est au tour du Japon de s’élever contre le taux de change du yuan, appelant le G7 à envoyer un « message collectif » à Pékin lors du prochain sommet des 5 et 6 février au Canada. Les propos du Japon font directement echo à ceux tenus lundi dernier par un haut responsable canadien qui avait plaidé pour que le yuan évolue plus librement. Cette annonce n’a toutefois pas eu d’effet sur le marché des changes, les traders ayant conscience des moyens de pression limités dont dispose les pays membre du G7 sur la Chine.

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie