Press "Enter" to skip to content

Les nouvelles économiques du 14 janvier 2011

Au niveau des indicateurs macroéconomiques, la production industrielle britannique a augmenté de 0.4% en novembre, une hausse légèrement inférieure aux attentes des économistes.
Au niveau du marché obligataire, succès de l’émission espagnole. Madrid a réussi à atteindre le montant qu’il s’était fixé mais à un taux nettement plus élevé que lors des précédentes émissions. Par ailleurs, des informations ont été dévoilées hier concernant l’achat par Pékin d’un milliard d’euros de dette portugaise pour un taux nettement plus élevé que celui exigé par le marché, à 4.75%. Lors de la conclusion de cet accord, la Chine avait demandé à Lisbonne à ce que cet achat ne soit pas dévoilé et qu’aucune information ne fuite concernant le taux pratiqué.
Par ailleurs, le président Sarkozy, en visite à Airbus, s’est exprimé sur le taux de change de l’EUR/USD, jugeant que l’euro est à un niveau beaucoup trop élevé. Il a plaidé pour la fin du dumping monétaire, tâche à laquelle il va s’atteler via la présidence du G20.
Enfin, sans surprise, la BCE a conservé son principal taux directeur inchangé à 1%. La BoE a agit de même et laissé en suspens son programme de rachats d’actifs en dépit d’une possible hausse de l’inflation. En raison des pressions inflationnistes, les marchés financiers anticipent une hausse des taux d’intérêt dès le mois de mai.
Au niveau des indicateurs macroéconomiques, la production industrielle britannique a augmenté de 0.4% en novembre, une hausse légèrement inférieure aux attentes des économistes.

Au niveau du marché obligataire, succès de l’émission espagnole. Madrid a réussi à atteindre le montant qu’il s’était fixé mais à un taux nettement plus élevé que lors des précédentes émissions. Par ailleurs, des informations ont été dévoilées hier concernant l’achat par Pékin d’un milliard d’euros de dette portugaise pour un taux nettement plus élevé que celui exigé par le marché, à 4.75%. Lors de la conclusion de cet accord, la Chine avait demandé à Lisbonne à ce que cet achat ne soit pas dévoilé et qu’aucune information ne fuite concernant le taux pratiqué.
Par ailleurs, le président Sarkozy, en visite à Airbus, s’est exprimé sur le taux de change de l’EUR/USD, jugeant que l’euro est à un niveau beaucoup trop élevé. Il a plaidé pour la fin du dumping monétaire, tâche à laquelle il va s’atteler via la présidence du G20.
Enfin, sans surprise, la BCE a conservé son principal taux directeur inchangé à 1%. La BoE a agit de même et laissé en suspens son programme de rachats d’actifs en dépit d’une possible hausse de l’inflation. En raison des pressions inflationnistes, les marchés financiers anticipent une hausse des taux d’intérêt dès le mois de mai. 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *