Les nouvelles économiques du 26 novembre 2010

L'inquiétude était toujours palpable hier concernant une contagion de la crise irlandaise. En dépit de la présentation d'un plan de rigueur prévoyant 15 milliards d'euros d'économies, l'Irlande a vu ses obligations à 10 ans grimper au-dessus de 10% hier. De plus, les projecteurs se tournent de plus en plus vers Lisbonne à tel point que les rumeurs enflent. Hier, le gouvernement a été contraint de démentir rapidement une rumeur de la presse selon laquelle le ministère des Finances a réuni les dirigeants des plus grandes banques du pays. Cette rumeur a dû être démentie rapidement afin qu'elle n'affecte pas davantage le marché obligataire.

L'inquiétude est tellement forte concernant le secteur bancaire de la zone euro que la Commission Européenne a annoncé à Paris, au siège de l'AMF, son intention de mener au courant de l'année 2011 de nouveaux tests de résistance. Les précédents furent menés pendant l'été 2010 et ont conduit à de vives critiques de la part d'experts et du Wall Street Journal. Sur 91 banques soumises aux tests, seuls cinq avaient échoué et parmi elles aucune n'étaient irlandaises alors que, justement, la crise irlandaise est née du sauvetage forcé par Dublin du secteur bancaire national. De quoi sérieusement renforcer les doutes sur les tests de résistance ménés par l'UE.
BCE_Place_Galleria_Toronto_Panorama_2002_cropped
L’inquiétude était toujours palpable hier concernant une contagion de la crise irlandaise. En dépit de la présentation d’un plan de rigueur prévoyant 15 milliards d’euros d’économies, l’Irlande a vu ses obligations à 10 ans grimper au-dessus de 10% hier. De plus, les projecteurs se tournent de plus en plus vers Lisbonne à tel point que les rumeurs enflent. Hier, le gouvernement a été contraint de démentir rapidement une rumeur de la presse selon laquelle le ministère des Finances a réuni les dirigeants des plus grandes banques du pays. Cette rumeur a dû être démentie rapidement afin qu’elle n’affecte pas davantage le marché obligataire.

L’inquiétude est tellement forte concernant le secteur bancaire de la zone euro que la Commission Européenne a annoncé à Paris, au siège de l’AMF, son intention de mener au courant de l’année 2011 de nouveaux tests de résistance. Les précédents furent menés pendant l’été 2010 et ont conduit à de vives critiques de la part d’experts et du Wall Street Journal. Sur 91 banques soumises aux tests, seuls cinq avaient échoué et parmi elles aucune n’étaient irlandaises alors que, justement, la crise irlandaise est née du sauvetage forcé par Dublin du secteur bancaire national. De quoi sérieusement renforcer les doutes sur les tests de résistance ménés par l’UE.

Par ailleurs, un membre du directoire de la BCE a confirmé que l’institut d’émission ne s’engagera pas dans la voie tracée par la Réserve Fédérale. Comme prévu, à partir de mi-janvier 2011, certaines mesures de soutien vont être retirées.

Enfin, commentaire sans réelle importance pour le yuan qui s’affichait en hausse hier, le vice-président de la BCE, Vitor Constancio, a appelé la Chine à assouplir davantage sa politique de changes. Depuis le mois de juin, Pékin a laissé le yuan s’apprécier de 2% environ, hausse qui reste trop limitée selon Washington et les capitales européennes.

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie