Press "Enter" to skip to content

Les prises de risque affaiblissent le dollar

L’euro – En dépit des inquiétudes exprimées par la Banque Centrale Européenne sur l’issue de la crise du crédit et des rumeurs concernant le secteur bancaire européen, la monnaie unique européenne n’a cessé d’accumuler cette semaine les gains face au dollar, grimpant lors de la séance de vendredi au dessus de 1,41$ sur le marché des changes. La monnaie unique européenne a, en fait, largement capitalisé sur les prises de risque prises par les investisseurs tout au long de la semaine, en dépit de la publication d’indicateurs en berne pour la zone euro.

Le dollar et le yen – Le retour du goût pour le risque a surtout contribué à pénaliser les valeurs refuge, notamment le dollar qui s’affichait en baisse face à plusieurs devises cette semaine, notamment l’euro et le real. Le regain de tensions géopolitiques dans la péninsule coréenne fut une bouffée d’air pour la devise américaine, qui a repris des couleurs en début de semaine, avant de reperdre beaucoup de terrain sur le marché des changes. Similairement, le yen a aussi affiché des pertes cette semaine. Un récent rapport du ministère des Finances japonais a en effet souligné que les japonais se sont portés sur des actifs risqués récemment, notamment sur les bons du Trésor américain, délaissant au passage les valeurs refuge.

La livre sterling – La diversification récente des portefeuilles des traders a ainsi permet à de nombreuses devises de retrouver des couleurs. Ce fut notamment le cas de la livre sterling qui a enregistré d’excellentes performances cette semaine sur le marché des changes, alors que la dégradation de la note du Royaume Uni par l’agence Standard & Poor’s reste encore dans tous les esprits. Plusieurs arguments furent avancés récemment pour expliquer la remontée de la livre sterling face aux autres monnaies du marché des changes. Ainsi, les experts de la banque Mizuho, qui prédisent que la livre pourrait repasser le cap des 80 pence pour un euro et celui des 160 yens, souligne que la devise britannique tire, paradoxalement, sa force actuelle de sa faiblesse. En d’autres termes, selon eux, la faiblesse de la livre sterling rend attractif tous les actifs libellés en cette monnaie, capitalisant sur la confiance des investisseurs dans la force de l’économie britannique.

Le real brésilien – La devise brésilienne, qui depuis le début de l’année, affiche une excellente performance face au dollar, a atteint un nouveau sommet lors de la séance de vendredi. En effet, pour la première fois cette année, le real a clôturé sous la barre des deux unités pour un dollar. L’entrée massive de capitaux dans le pays depuis le début de l’année a ainsi permis au real brésilien de s’apprécier de 17,41% par rapport à son niveau de 2008. Toutefois, afin d’éviter une hausse trop importante du cours du real, qui pourrait brider la reprise économique, la banque centrale brésilienne est intervenue la semaine dernière sur le marché en achetant massivement des dollars, sans réellement réussir à enrayer la hausse de la monnaie nationale.

Le yuan – Enfin, les autorités chinoises ont clairement annoncé la couleur aux Etats-Unis cette semaine en décidant de réduire de 0,13% le cours de référence au fixing du yuan. La conséquence immédiate de cette décision de la banque centrale fut la chute du yuan sur le marché des changes, atteignant un nouveau plus bas face au dollar, à 6,8372 yuans pour un dollar. Ce signal politique fort envoyés aux autorités américaines avait pour objectif de souligner, avant la visite de Geithner, que Beijing n’est pas prêt, pour le moment, à laisser sa devise s’apprécier sur le marché des changes, freinant ainsi les exportations.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *