Press "Enter" to skip to content

Les quatre points positifs du rapport sur l’emploi américain du mois d’août

Le rapport NFP du mois d’août s’est avéré être une déception pour les traders du marché des changes. L’économie américaine n’a, en effet, ajouté que 173 000 emplois au cours du mois au lieu des 225 000 annoncés. Si l’aperçu général du rapport semble peu favorable, les données sous-jacentes sont elles meilleures ? C’est ce que nous verrons dans cet article.

Une énorme amélioration du taux de chômage
Même si le pays de l’oncle Sam a montré des gains d’embauche plus faibles qu’habituellement, le taux de chômage a tout de même réussi à baisser. Il est, en effet, passé de 5,3% à 5,1%, soit son plus bas niveau depuis la crise financière d’avril 2008. Cela signifie donc que l’économie américaine a été en mesure de réaliser ce que les économistes appellent, le plein emploi.

Un taux de participation qui ne bouge pas
Si vous pensiez que la baisse du taux de chômage avait été stimulée par la diminution du taux de participation, détrompez-vous ! Ce dernier est, en effet, resté le même (62,6) pour le troisième mois d’affilée et cela suggère que les américains en âge de travailler sont toujours à la recherche d’un emploi. Ces bons résultats permettent au pays de maintenir la confiance des citoyens dans leur économie car si les Etats-Unis sont en mesure de soutenir les développements économiques, plus d’emploi pourraient être disponibles dans les semaines à venir.


Des révisions positives des données précédentes

La révision des dernières lectures du rapport NFP a, sans doute, été l’un des facteurs les plus importants concernant la baisse impressionnante du taux de chômage. Le chiffre de juillet est ainsi passé de 215 000 à 245 000 et celui de juin de 223 000 à 231 000, soit un différentiel à la hausse de tout de même 38 000.

Une forte augmentation des salaires
La cerise sur le gâteau a été la hausse de 0,3% du salaire horaire moyen. Le chiffre a même dépassé les attentes situées à 0,2%. L’enquête a également révélé que les salariés travaillaient plus d’heures au cours de la semaine ce qui ne manquera pas de se voir sur leur fiche de paye en fin de mois.
Alors que certains analystes économiques disent que les gains salariaux sont encore faibles, ils ajoutent tout de même que des revenus plus élevés se traduirsent à termes en dépense de consommation supérieure. Et cela pourrait conduire les entreprises à accélérer leur production et même les embauches.

A en juger par la réaction des actions américaines et le mouvement des changes du dollar USD post publication, il semble que les acteurs du marché ont trouvé le rapport relativement bon. Cependant, il ne l’a pas été suffisamment pour que la fed décide de relever ses taux d’intérêt au cours du mois.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *