Press "Enter" to skip to content

L’EURUSD en petite hausse dans l’attente des non-farm payrolls

Paris à 9h – La monnaie unique européenne a repris du terrain face aux valeurs refuge après les propos de la chancelière Angela Merkel tenus à Singapour aujourd’hui. L’allemande a réaffirmé son soutien à la devise européenne et s’est aussi efforcée de rassurer sur la croissance économique allemande. Dans ce contexte, et bien que la dégradation de la note de la dette de la Grèce hier par Moody’s ait affecté les marchés financiers, l’euro s’est rapproché un peu plus de son niveau de 1.44 dollar, et gagnait près de 40 pips face au yen par rapport à son niveau de clôture hier.
La chute du yen sur le marché des changes s’explique par la situation politique intérieure au Japon et aussi par la baisse des marchés actions en Asie ce matin en raison de craintes concernant la croissance économique mondiale. Le Premier ministre Naoto Kan, qui fait face à un vote de confiance, a affirmé qu’il quittera son poste une fois qu’il aura conduit le pays vers un retour à la croissance, celle-ci ayant été affectée par le tremblement de terre du mois de mars.

De plus, les spécialistes du marché des changes craignent de mauvais indicateurs américains qui pourraient accentuer un peu plus la chute des marchés actions au niveau mondial. Selon un sondage de Bloomberg, les commandes de biens manufacturiers aux Etats-Unis auraient décliné de 1% au mois d’avril, soit la plus importante baisse depuis le mois d’octobre 2010 si les estimations sont confirmées cet après-midi par le Département du Commerce. Surtout, la fin de semaine sur le marché Forex sera marquée par la publication des non-farm payrolls. Les différentes estimations avancées sont plutôt pessimistes puisque Goldman Sachs table sur une hausse à 150 000 et Citigroup à 170 000. Cette dernière estimation est également confirmée par Bloomberg. Si ces chiffres se confirment, il est probable que les actifs jugés à risque, comme l’euro, connaissent un rallye haussier plutôt limité. Les investisseurs privilégieront vraisemblablement les actifs sûrs ce qui pourrait paradoxalement avantager le billet vert.

Enfin, après plusieurs séances consécutives de hausse sur le marché des devises, le dollar néo-zélandais a enclenché un cycle baissier en raison d’inquiétudes concernant les revenus tirés des exportations. Selon le plus grand exportateur mondial de produits laitiers, basé à Auckland, le prix des contrats à court terme pour le lait a chuté à son plus bas niveau depuis mi-janvier ce qui pourrait avoir un impact assez conséquent sur la dynamique économique de la Nouvelle-Zélande. Le kiwi a répercuté cette nouvelle en chutant de 0.3% face au yen et d’environ 20 pips face au dollar américain par rapport à son niveau de clôture hier.

En prévision de la publication des chiffres des non-farm payrolls, n’oubliez pas de consulter notre fiche technique à ce sujet en cliquant ici.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *