Press "Enter" to skip to content

L’EURUSD fait une pause autour de 1.42 avant un retour à 1.40

C’est la stabilisation qui a caractérisé les premiers échanges européens ce matin avec un cross EURUSD qui était quasiment au même niveau que vendredi à la clôture, à seulement une dizaine de pips de 1.42 USD. Aucune tendance claire ne semble se dessiner pour aujourd’hui mais, clairement, la tension devrait s’accentuer dans les jours qui viennent, en prévision du vote du Parlement grec d’un nouveau plan d’austérité, ce qui pourrait conduire dans un premier temps le cross vers 1.4000 USD. L’objectif pour cette semaine reste clairement baissier bien que le vote du Parlement ne soit considéré comme une formalité puisque le gouvernement grec a obtenu la confiance la semaine dernière. En revanche, dans la rue, la colère continue de gronder puisqu’une grève générale dans tout le pays est prévue à partir de demain. Pour envisager un éventuel rebond durable de l’EURUSD, il faudrait que la paire franchisse au moins la première résistance qui se situe à 1.4450 ce qui semble improbable, au moins pour l’instant.
L’EURUSD a certainement un peu profité en ce matin des différents commentaires rassurants, aussi bien ceux du Premier ministre chinois qui, de passage en Europe, a réaffirmé l’intention de Pékin d’acheter des obligations européennes que ceux du chef de l’OMC qui a souligné a une radio française que la situation budgétaire et financière de la Grèce ne menace en aucune façon la zone euro, la Grèce ne représentant que 5% de l’économie de l’UE.

La tendance face aux autres valeurs refuge est aussi inchangée par rapport à nos estimations de la semaine dernière. L’EURCHF a d’ailleurs commencé la semaine en grande forme puisque la monnaie des 17 a touché ce matin un plus bas historique à 1.1808 avant de remonter autour de 1.1872 vers 11h, heure de Paris. Un rebond techniquen est évidemment prévisible et, éventuellement, un passage de nouveau au-dessus de 1.20 mais, à terme, c’est toujours une vision négative qui domine puisque les problèmes de la Grèce ne seront pas résolus même en cas de vote positif du Parlement à Athènes.

Le yen profite évidemment des tensions en Europe mais nous envisageons prochainement une baisse précipitée et peu durable de la monnaie nippone en raison de l’incapacité du gouvernement à gérer la dette publique. Aujourd’hui, l’agence Moody’s a ainsi souligné que l’incapacité à respecter la date butoir du 20 juin pour présenter un plan budgétaire à long terme devrait nuire à la note souveraine de la dette du Japon. Nombreux sont désormais les économistes qui redoutent une « troisième décennie perdue » pour le pays. Moody’s note actuellement la note souveraine de l’archipel à  Aa2 mais elle pourrait être revue à la baisse prochainement.

Enfin, un ancien gouverneur de la banque centrale chinoise a affirmé que le processus d’internationalisation du yuan pourrait prendre entre 15 et 20 ans. Le principal objectif des autorités chinoises est désormais de permettre aux investisseurs de faire entrer et de retirer leurs fonds de Chine. Un premier pas dans ce sens a été accompli la semaine dernière.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *