Press "Enter" to skip to content

L’EURUSD pourrait grimper jusqu’à 1.4525 aujourd’hui

Comme prévu, le Parlement grec a voté hier de nouvelles mesures d’austérité qui devraient permettre d’économiser jusqu’à 28.4 milliards d’euros et rapporter 50 milliards d’euros suite à un plan massif de privatisations. Ce vote positif devrait permettre de débloquer 12 milliards d’euros d’aide au pays dimanche selon le ministre des Finances belge. Ainsi, la tension s’est nettement apaisée sur les marchés financiers, alors que le risque d’un défaut de paiement de la Grèce est écarté pour au moins quelques mois.
Les principales Bourses européennes ont ouvert dans le vert mais la hausse fut toutefois contenue après trois séances consécutives de gains. Le Dax allemand a gagné dans les premiers échanges 0.22% tandis que le Footsie-100 londonien avançait de 0.37%. La tendance sur le marché des changes était globalement à la hausse de l’euro puisque l’EURUSD a franchi le niveau de 1.4500 tandis que l’EURJPY conservait les gains de la veille, évoluant autour de 116.62. Le vote positif d’hier a même permis d’inverser la tendance pour l’EURCHF puisque le cross était en hausse autour de 1.2000 CHF, un niveau qui devrait être maintenu jusqu’à la fin de la semaine selon les analystes.

Pour l’EURUSD, les facteurs haussiers sont nombreux c’est pourquoi, lors de cette séance, la paire pourrait atteindre jusqu’à 1.4525. D’après les premiers indicateurs, le taux de chômage brut en Allemagne a encore reculé en juin, pour tomber à 6.9% contre 7% en mai. De plus, les chiffres de l’inflation confirment la nécessité de relever les taux directeurs dès le mois de juillet, ce qui devrait soutenir pendant un certain temps le renouveau haussier de l’EUR. Selon Eurostat, l’inflation est restée stable en juin à 2.7% mais toujours très largement au-dessus de la cible de 2% fixée par Francfort. Par ailleurs, la masse monétaire M3, qui permet de mesurer les pressions inflationnistes à moyen terme, a aussi augmenté de 2.4% en mai sur un an alors que les économistes s’attendaient à une hausse de seulement 2.1%. Tous ces facteurs devraient inciter Jean Claude Trichet à augmenter les taux de 25 points de pourcentage dès la prochaine réunion de la BCE.

Sur le terrain de la dette, le dénouement approche aussi pour l’Italie qui fut un peu mise sous pression par les agences de notation financière au cours des quinze derniers jours. En effet, aujourd’hui, le gouvernement italien doit adopter de nouvelles mesures d’austérité, à hauteur de 47 milliards d’euros d’ici 2014, qui devrait permettre d’atteindre le quasi équilibre budgétaire. Le plan doit être approuvé à 15h, heure de Paris.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *